La référence technique au service des éleveurs

Fourrage

Bien détruire ses couverts avant d’implanter un maïs fourrage

Publié le 25/02/2021 par Claire LAMY GRANDIDIER dans
Bien détruire ses couverts avant d’implanter un maïs fourrage. ©M.Lecourtier/Média et Agriculture

Piège à nitrate, sol protégé, stock fourrager complémentaire, le couvert d’interculture présente de nombreux atouts. Avant un maïs fourrage, certaines étapes sont à respecter pour que le couvert offre tous ses avantages et que le maïs puisse en profiter. 
 
Dans le cas d’un couvert enfouis ou d’un dérobé, la date de destruction est la même. Fixée au 15 mars, il est conseillé de la respecter afin d’éviter de pénaliser le maïs qui va être implanté par la suite. 
 
Dans les deux cas de récolte, il est intéressant de revoir sa fertilisation.

Comme l’explique Arvalis – Institut du végétal : « S’il contient des légumineuses, un couvert enfoui peut fournir en moyenne une trentaine d’unités d’azote à la culture de maïs. Récolté en dérobé il améliore le stock fourrager mais le plan de fumure devra bien prendre en compte les exportations. »

Attention à la durée de la minéralisation de l'azote

Dans le cas d’un couvert ne comprenant pas de légumineuse, le rapport C/N est souvent supérieur à 20. Par conséquent, le potentiel de minéralisation de l’azote est assez faible et peut alors conduire à une faim d’azote qui se révélerait être un problème pour le maïs. À l’inverse, si le couvert contient des légumineuses, le rapport C/N est alors plus faible et la minéralisation se fait plus rapidement. L’azote sera alors disponible plus tôt pour le maïs.
Dans tous les cas, l’institut recommande d’estimer la quantité d’azote à apporter avec la culture selon la méthode Merci, qui se réalise à partir d’une mesure de la biomasse, du couvert avant sa destruction. 

Détruire les couverts quand les sols portants

La destruction, parlons-en ! Dans le cas des couverts enfouis, un broyage peut être effectué uniquement lorsque le sol est portant. Sur sol ressuyé, il est aussi possible de réaliser un travail superficiel. Si le sol est trop humide, l’opération pourra avoir des conséquences néfastes sur l’implantation du maïs. Si un labour est pratiqué, il est conseillé au préalable de détruire la culture intermédiaire et de labourer peu avant le semis du maïs. 

Se méfier des exports de minéraux

Si la deuxième option est choisie, celle d’exploiter le couvert en dérobés, une fauche précoce doit avoir lieu afin d’avoir une bonne valeur alimentaire. Par ailleurs, la récolte précoce atténue l’assèchement du sol qui pourrait poser problème au maïs. Le fait d’exporter le dérobé va entraîner également un export d’éléments minéraux. Il sera alors essentiel de repenser sa fertilisation pour éviter les carences. Une vigilance est aussi à être apportée lors du chantier de récolte. En effet, les lourds engins peuvent entraîner une compaction du sol, néfaste à l’enracinement du maïs. 

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site