La référence technique au service des éleveurs

Jeunes bovins

De l’herbe pour diminuer le coût de la ration sèche en engraissement

Publié le 14/01/2022 par Agathe Legendre dans
Plus d’herbe dans la ration d'engraissement, c'est moins de concentrés achetés, avec toujours de bonnes croissances. © Hélène Flamant / Terroir Est

Douze essais menés entre 2009 et 2015 ont montré l’intérêt d’ajouter de l’herbe dans les rations sèches d’engraissement des jeunes bovins. Les croissances restent bonnes tout en économisant des achats.

Intégrer de l’herbe dans des rations sèches à base de céréales pour l’engraissement de jeunes bovins (JB), c’est ce qu’ont testé douze essais réalisés entre 2009 et 2015 par Arvalis, les chambres régionales d’agriculture de Bretagne et des Pays de la Loire, en partenariat avec l’OIER des Bordes, l’Idele et l’Inrae de Theix. Ces essais ont porté sur l’herbe ensilée ou enrubannée.

Une économie de l’ordre de 30 €/JB

Plus d’herbe dans la ration, c’est moins de concentrés achetés. « Dans les rations intégrant de l’herbe, la consommation de céréales est réduite de 200 kg et celle de tourteaux de 330 kg », indique Nicolas Dagorn, ingénieur pour Arvalis-Institut du végétal. Les essais ont ainsi montré une meilleure stabilité du coût alimentaire pour les rations intégrant de l’herbe.

« Quelles que soient les conjonctures de prix, les rations herbe + concentré réduisent en moyenne le coût alimentaire de 30 €/JB », ajoute l’ingénieur

Des croissances équivalentes à celles des témoins

De plus, les croissances restent correctes, et équivalentes à celles des témoins.

« La durée d’engraissement et les croissances sont identiques à celles des témoins blé + paille, comprises entre 1480 et 1694 g par jour, indique Nicolas Dagorn. Ces essais ont démontré qu’il est possible de conserver de bonnes croissances, sous réserve que l’herbe distribuée soit de bonne valeur alimentaire, au moins 0,80 UFV/kg MS et 12% de MAT. Un enrubannage d’herbe au stade début épiaison des graminées peut répondre à ces exigences. Par ailleurs, la part d’herbe dans la ration doit être limitée à 35% de la matière sèche ingérée, afin de maintenir la densité énergétique et protéique de la ration », ajoute-t-il.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site