La référence technique au service des éleveurs

Bien-être en bâtiment

Des brosses pour que vos animaux ne soient pas de mauvais poil

Publié le 19/08/2021 par Willy Deschamps dans
Des brosses pour que vos animaux ne soient pas de mauvais poil. © Lely

Les brosses à vaches, au-delà d’améliorer l’aspect sanitaire, comblent un besoin naturel des animaux à se gratter. Une sensation qui leur procure bien-être et détente.

Équiper ses bâtiments de brosses à vaches n’est pas forcement superflu. Les bienfaits de cet accessoire sur le troupeau sont nombreux.
Il offre du confort et contribue à entretenir une peau saine ainsi qu’une robe brillante.

Stéphanie Lefrançais, responsable marketing et communication chez Lely France, évoque : « Le massage procuré lors du brossage détend et déstresse la vache, ce qui augmente la production laitière (+1kg de lait/vache/jour). Une diminution de -0,91% de mammites est aussi constatée. L’amélioration de la propreté générale de la vache, y compris le dos et la queue, limite la contamination vers la mamelle. »

L’aspect sécurité est aussi avancé : « L’intérêt des brosses est de lutter contre les parasites mais aussi d’éviter aux bovins de se frotter n’importe où et de se blesser », pointe Dominique Grosjean, responsable produit – confort animal chez Agriest, distributeur Schurr.

Pauline Garcia, éleveuse de vaches allaitantes et comportementaliste animalier, explique : « Le brossage participe aussi à l’hygiène, car en bâtiment, il y a beaucoup de poussière au niveau de la tête. On peut aussi coupler d’autres fonctions autour de ce support, comme l’ajout d’un pulvérisateur au-dessus des brosses. Lorsque la vache vient se brosser, elle peut recevoir un jet d’huile essentielle afin de traiter les parasites. Dans le cadre de mes formations, auprès des chambres d’agriculture en tant que comportementaliste, j’explique que la brosse a aussi une importance relationnelle entre l’homme et l’animal. Quand on installe une brosse, la vache va découvrir la sensation de plastique sur le corps et la trouver agréable. Si l’éleveur arrive vers l’animal avec une brosse à la main qui a la même sensation, la vache acceptera rapidement le contact, associant cette sensation à celle qu’elle retrouve en bâtiment. C’est un accélérateur relationnel. Néanmoins, il faut faire attention si votre lot présente beaucoup de galle, mycose et autres. Forcement les brosses vont être vecteurs de transmission, prévient Pauline Garcia. Soit on retire la brosse pendant le traitement, soit on désinfecte et on traite régulièrement la brosse. »

Un article à retrouver en intégralité dans Cultivar élevage de septembre.

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site