La référence technique au service des éleveurs

Paratuberculose

Des indicateurs génomiques de résistance disponibles en race holstein

Publié le 12/04/2022 par Ian Fafet dans
Des indicateurs génomiques de résistance disponibles en race holstein. Photo : Diane/AdobeStock

C'est une nouveauté dans le monde de la génétique, dès ce mois d'avril de nouveaux indicateurs génétiques de résistance arrivent dans les programmes de sélection.

La paratuberculose, dite maladie du « boyau blanc », est due à une mycobactérie proche de celle de la tuberculose, très résistante dans le milieu extérieur. Il s’agit d’une maladie inflammatoire de l’intestin dont l’évolution est systématiquement fatale. Selon l’union de coopératives d’élevage Allice, 50 à 70 % des élevages laitiers seraient concernés par cette pathologie. La paratuberculose est une maladie à surveillance et notification obligatoire. Elle occasionne des pertes économiques en raison de son impact sur la production (1 kg à 2,5 kg de lait par jour, en fonction du niveau de contamination de l’animal) mais aussi bien sûr sur les troupeaux quand les animaux meurent ou doivent être abattus prématurément. Tout le processus de suivi, de dépistage et de procédure de réforme mobilise également des ressources financières.

Radars génomiques

À compter de ce mois d’avril 2022, la paratuberculose va pouvoir passer « dans les radars génomiques » grâce au déploiement de nouveaux indicateurs génétiques de résistance, issus d’un programme de coopération de huit ans réunissant cinq partenaires au sein du consortium de recherche Paradigm1. Pour l’instant, ces nouvelles données ne concernent que la race laitière holstein, mais elles devraient s’étendre prochainement à la race normande. 

Quatre statuts de sensibilité

Le génotypage des animaux va permettre de déterminer leur statut de résistance par rapport à la maladie. Issu de la recherche française, ce nouvel indicateur génomique de résistance à la paratuberculose est une première mondiale. Les femelles disposeront de quatre statuts de sensibilité (très sensible, sensible, standard, résistant). En ce qui concerne les taureaux issus des schémas de sélection Gènes Diffusion et Évolution, un pictogramme signalera leur caractère améliorateur en matière de résistance à la paratuberculose (RPTB) pour les prochaines générations.

Améliorer le suivi sanitaire

En disposant plus précocement d’informations sur la résistance des animaux à cette maladie dont les symptômes n’apparaissent souvent qu’à l’âge adulte, les éleveurs et leurs conseillers vont pouvoir améliorer les plans de suivi sanitaires mis en place dans les élevages touchés. La combinaison de ces plans sanitaires instruits par les groupements de défense sanitaires (GDS) et des indicateurs génomiques obtenus par génotypage des animaux va permettre d’optimiser les stratégies de gestion grâce à la prédiction du niveau de résistance dont disposent plus ou moins les individus.

(1) GDS France, Groupements de défense sanitaire du Grand Ouest, Fédération des entreprises de génétique et de reproduction des ruminants Allice, Institut national de recherche agronomique et de l’environnement (Inrae), l’École nationale vétérinaire de Nantes (Oniris), Apis-Gene, société de soutien et de valorisation des programmes de recherche en génomique bovine, caprine et ovine.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site