La référence technique au service des éleveurs

Investissement

Détection des chaleurs, ça vaut le «coût» ?

L’investissement économique dans un détecteur automatique de chaleurs n’est pertinent que pour les grands troupeaux. Photo: E. Thomas/Pixel image

Selon une récente étude, l’investissement économique dans un détecteur automatique de chaleurs (DAC) n’est pertinent que pour les grands troupeaux avec une proportion de détection des chaleurs de moins de 50%.

Nathalie Bareille et ses collaborateurs de l’UMT « Maîtrise de la santé des troupeaux bovins » ont comparé le rapport coût/bénéfices d’un équipement en système de détection automatisée des chaleurs des vaches laitières exploitations.

Par exemple, deux exploitations en holstein. La première, en montagne, élève 38 vaches laitières et la deuxième 119 vaches en plaine. Avant l’installation d’un DAC, les deux exploitations avait une sensibilité de détection de 50% puis de 90% après utilisation. L’investissement dans des podomètres et des accéléromètres t’étale sur 10 ans.

Un investissement rentable sur 10 ans

Les résultats ne trompent pas souligne Nathalie Bareille :

Dans le cas du grand troupeau, l’investissement est rentable sur 10 ans. Dans l’autre cas, il ne l’est pas. L’amortissement du coût varie selon la taille du troupeau.

une rentabilité variable selon le type d’élevage, de capteur. ..
Une rentabilité variable selon le type d’élevage, de capteur. Source: Oniris

Il est donc important de prendre en compte la situation initiale avant l’investissement : sensibilité de détection des chaleurs par l’éleveur et intervalle vêlage-vêlage. Selon la chercheuse, les DAC ne sont pas toujours les meilleures solutions au niveau économique pour les éleveurs français :

 La rentabilité de l’investissement n’est souvent pas assurée vu les caractéristiques des élevages français. 

Les modes d’utilisation des DAC sont très variables. Les troupeaux où la délégation est la plus marquée sont également ceux qui avaient un faible taux de détection et qui ont un ressenti positif en termes de performances. Les motivations pour investir dépendent des conditions d’élevage en général, mais surtout des pratiques de détection avant investissement.

La pertinence de l’investissement sur le plan économique apparait donc réelle pour les grands troupeaux avec une proportion de détection des chaleurs avant investissement de moins de 50 %.

Nathalie Bareillle conclue :

Dans tous les autres cas, les calculs ne permettent pas de mettre en évidence un impact économique positif.

Mais il ne faut pas oublier aussi le confort de travail qu’apporte un système de détection automatique des chaleurs aux éleveurs …

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site