La référence technique au service des éleveurs

Production laitière

Efficience alimentaire : retour sur trois idées reçues

L'efficience alimentaire compare les ressources utilisées aux productions réalisées. ©Pascal Martin/AdobeStock

Dans le cadre du cycle de conférence Grand angle lait, Amélie Fischer, chef de projets à l’Institut de l’élevage, a fait le point sur trois idées reçues concernant l’efficience alimentaire des vaches laitières.

Vrai ou faux : les vaches efficientes sont celles qui produisent le plus

Pas forcément. L’efficience alimentaire des vaches compare les ressources utilisées aux productions réalisées.
Mais que produit une vache laitière ? Du lait bien entendu, mais cela implique aussi de bien gérer réserves corporelles et besoins d’entretien, notamment pendant la gestation. La production de viande peut également être considérée dans le calcul.
On détermine l’efficience alimentaire avec l’équation suivante :

Consommation observée – consommation attendue (pour couvrir les produits mesurés [équation Inrae])

La différence obtenue est la consommation résiduelle, la part non transformée en produits (lait, poids, variation des réserves). Plus cette part est faible, plus la vache est efficiente. Une vache très productive peut donc être peu efficiente et une vache moins productive très efficiente.

Vrai ou faux : les vaches les plus efficientes sont celles qui digèrent le mieux la ration

Oui, sur des essais réalisés en prim’holstein, avec une ration riche en maïs. À même consommation, les vaches les plus efficientes ont un volume d’abdomen plus grand, ce qui signifie un temps de séjour dans le rumen plus important et une digestion plus aboutie de la ration.
Attention, cela dépend de la ration. Ce lien ne se retrouve pas sur des rations moins digestibles. On ne retrouve pas non plus de différence de microbiote entre les vaches les plus et les moins efficientes.

Vrai ou faux : les vaches les plus efficientes émettent moins de méthane car elles mangent moins

Pas forcément. Plus une vache est efficiente, mieux elle va digérer, et plus elle émettra de méthane par kilo de matière sèche ingéré. Toutefois, on ne retrouve pas de différence de méthane émis par jour entre les vaches les plus efficientes et les moins efficientes. Les vaches les plus efficientes émettent autant de méthane par jour que les autres. Ces résultats sont valables pour une ration riche en maïs.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site