La référence technique au service des éleveurs

Bâtiments d'élevage et changement climatique

Installer une ventilation mécanique, seulement dans certaines situations

Publié le 01/02/2021 par Hélène Flamant
L'installation de ventilateurs doit être raisonnée globalement sous peine d'être contre-productive. ©C.Lamy-Grandidier/Pixel6TM

Les bâtiments d'élevage étaient conçus pour l'hiver, désormais ils doivent également l'être pour l'été. Face à l'enjeu du stress thermique estival, un ensemble d'actions peut être mis en place pour améliorer le bien-être des animaux d'élevage. L'installation d'une ventilation mécanique ne doit être envisagée qu'en dernier recours.

Quand les journées et les nuits chaudes s'enchaînent, la vache laitière rencontre des difficultés à éliminer la chaleur. Le groupe "Bâtiments d'élevage de demain"1 a conçu un plan d'actions en sept étapes pour adapter les bâtiments d'élevage aux conditions chaudes de l'été.

"L'installation d'une ventilation mécanique doit s'envisager uniquement dans certaines situations et seulement en seconde intention. Et le recours à la brumisation et au douchage ne doit se faire qu'en dernier recours et avec précaution. La priorité reste la mise en place d'une ventilation naturelle", insiste Bertrand Fagoo, chef de projet à l'Idele, à l'occasion d'un webinaire organisé par le Cniel le 29 janvier.

La ventilation mécanique peut venir en appoint quand l'ensemble des étapes précédentes ont été passées en revue et ne s'avèrent pas suffisantes. Le flux d'air généré par le ventilateur va faciliter l'évacuation de la chaleur.

La ventilation mécanique, en seconde intention

L'installation d'un système de ventilation mécanique doit être raisonnée globalement, sous peine d'être contre-productive. Un nombre insuffisant de ventilateurs, des ventilateurs mal placés ou insuffisamment performants peuvent entraîner des regroupements d'animaux dans les zones les plus favorables, ce qui pénalise la dissipation de la chaleur. Le groupe "Bâtiments d'élevage de demain" a établi un ordre de priorité lors de l'installation de ventilateurs :
 

Priorités Traite conventionnelle Traite robotisée
1 Aire d'attente Zones de couchage, zone d'accès à l'auge et aire d'attente devant les robots
2 Zones de couchage et zone d'accès à l'auge Couloirs de circulation entre rangées ou à l'arrière des logettes
3 Couloirs de circulation entre rangées ou à l'arrière des logettes  

Privilégier les équipements récents

Quand la ventilation mécanique s'impose, plusieurs solutions s'offrent aux éleveurs :
- Les ventilateurs verticaux à flux horizontal : ils permettent une grande vitesse d'air, mais donnent des résultats mitigés et hétérogènes si les ventilateurs ne sont pas assez rapprochés les uns des autres. "Depuis 2019, on trouve sur le marché, une nouvelle génération de matériel plus performant : moins bruyants, plus économes en énergie, avec une largeur « active » beaucoup plus importante. Il est préférable de s'orienter vers des solutions plus performantes", insiste Bertrans Fagoo.

- Les ventilateurs horizontaux à flux vertical : ils donnent des vitesses d'air moyennes et mieux réparties, ils présentent un bon compromis efficacité/bruit.

- Les gaines de ventilation à pression positive : elles permettent l'apport d'air frais extérieur et sont adaptables dans les bâtiments de faible hauteur, ou en position basse au-dessus des logettes. "Le principal inconvénient est la complexité de la conception et de la mise en œuvre", pointe Bertrand Fagoo.

- Dernière solution, à n'envisager qu'en dernier recours : la brumisation ou le douchage.

"L'utilisation d'eau pour rafraîchir les animaux n'est que la dernière étape, elle doit s'envisager toujours en association avec de la ventilation mécanique et sous certaines conditions. Son principal inconvénient est d'augmenter le taux d'humidité dans le bâtiment, insiste Dominique Lagel, ingénieur conseil au BTPL.

Les séquences de brumisation ou de douchage doivent être intermittentes et l'emploi est réservé aux périodes les plus chaudes avec une hygrométrie limitée. En cas d'investissement dans un système de brumisation ou de douchage, la priorité est d'équiper l'aire d'attente dans le cas d'une traite conventionnelle, puis les zones d'accès à l'auge et au robot, ainsi que l'entrée du robot et l'accès à l'auge dans le cas d'une traite robotisée.

(1) Le groupe "Bâtiment d'élevage de demain" : Cniel, Idele, BTPL, APCA et Chambre d'agriculture, ADICE, GIE Élevages de Bretagne, FRGTB Pays de Loire, MSA, ISA Lille-Yncrea, GDS, FCEL.

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site