La référence technique au service des éleveurs

Dispositif de limitation de la production laitière

La filière salue l'effort collectif des éleveurs laitiers

Près de 48 millions de litres de lait n'ont pas été produits en avril 2020 en France. CP : Roman Babakin/Adobe Stock

Début avril, l’interprofession laitière demandait à la Commission européenne l’autorisation de mettre en place, pour le mois d’avril, un fonds de solidarité exceptionnel de dix millions d’euros afin d'indemniser tout éleveur dans son effort de limitation de production. Le pic de production printanier a pu ainsi être atténué : la filière salue l’effort collectif des éleveurs.

Fortement impactée par la crise du Covid-19 et par les profondes modifications de consommation, la filière redoutait que le pic de production annuel attendu au printemps ne vienne saturer les outils de production, et craignait de devoir jeter du lait comme dans d’autres pays. Aussi, l’interprofession laitière a mis en place – en conformité avec le régime dérogatoire de l’article 222 de l’OCM autorisé par la Commission européenne – un dispositif exceptionnel de lissage de la production de lait, avec un fonds de solidarité pour aider tout éleveur qui s’engagerait à limiter sa production de lait sur le mois d’avril.

Au total, ce sont 22 000 exploitations, réparties de manière homogène sur l’ensemble du territoire, qui ont contribué à l’effort collectif de baisse de production, soit près de 40 % des éleveurs français. Ce qui représente près de 48 millions de litres de lait non produits sur le mois d’avril 2020 déclarés par les laiteries dans le cadre du dispositif.

Le fonds exceptionnel d’aide à la baisse de production, financé par le Cniel, a été révisé pour un montant final de 15,28 millions. Pour rappel cette aide à hauteur de 320 € les 1000 litres a été calculée sur la totalité du volume non produit en avril 2020, dans la limite de 5 %, dès lors que la baisse de production dépassait 2 % par rapport à la référence d'avril 2019 (ou mars 2020 pour les cas dérogatoires).

La démarche France terre de lait confirmée

Les collèges qui composent l’Interprofession laitière saluent la responsabilité et la solidarité de chaque acteur de la filière depuis le début de la crise. La mesure exceptionnelle de réduction du pic de collecte a été portée à l’unanimité. Tous s’accordent à dire que le collectif renforce l’équilibre de la filière.

« Nous confirmons la feuille de route de la filière : depuis la sortie des États généraux de l’alimentation, nous travaillons ensemble avec la démarche France terre de lait pour redonner leur juste valeur au lait et aux produits laitiers, pour répartir cette dernière à tous les maillons de la chaîne de production et pour répondre aux attentes des consommateurs. Nous réaffirmons aujourd’hui ensemble ces objectifs », affirme Thierry Roquefeuil, président du Cniel.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site