La référence technique au service des éleveurs

Encadrement des promotions

La FNSEA, la FNPL et les JA dénoncent un retour en arrière

Publié le 04/06/2020 par Hélène Flamant dans
« Dans son discours du 12 mars dernier au congrès de la FNPL, Didier Guillaume disait ''être totalement à nos côtés pour nos orientations, pour le revenu, pour ne pas arrêter la loi EGAlim'' », rappelle la FNPL dans un communiqué du 4 juin. CP : Alexandr Blinov/Adobe Stock

« L’encadrement des promotions – dispositif essentiel dans la loi EGAlim – traité dans le projet de loi relatif à certaines dispositions liées à la crise sanitaire, vient d’être fragilisé en commission mixte paritaire, de façon inacceptable », protestent la FNSEA et les JA dans un communiqué conjoint du 3 juin.

Alors que le texte initialement déposé par le Gouvernement prévoyait la possibilité de prolonger l’encadrement des promotions et le relèvement du seuil de revente à perte jusqu’à 30 mois, c’est dorénavant pour une durée de 14 mois maximum que pourra être prolongée cette expérimentation.

« C'est sur la durée que nous pourrons véritablement percevoir si ce dispositif est efficace, alors même qu'il commençait à porter ses fruits dans certaines filières avant que la crise du Covid-19 ne vienne mettre à mal ses avancées », appuient la FNSEA et le JA.

« Cette durée de 30 mois est absolument nécessaire pour valider les effets positifs de ce dispositif et pour l’ancrer définitivement dans les pratiques », estime la FNPL dans un communiqué.

Dérogation à l'encadrement des promotions, « une hérésie »

Pour la FNPL, totalement en phase avec la FNSEA et avec les JA, il est une autre hérésie dans ce texte proposé par la CMP, la possibilité de déroger à l’encadrement des promotions en volume, notamment pour les produits alimentaires à fort caractère saisonnier.

« Rouvrir le débat sur ces sujets, c’est permettre aux filières aval de remettre une pression supplémentaire sur les prix payés aux paysans par des promotions permanentes et excessives. Le juste prix payé doit impérativement être la base de la constitution du prix de vente, c’est la raison d’être des EGA. Ce travail vient de commencer dans notre filière avec France, Terre de Lait. Nous avons besoin de temps pour consolider ce qui a été initié, pour construire une filière résiliente et pour construire une filière attractive à destination des jeunes générations. Cette pérennité de la filière est garante de dynamisme économique agricole sur l’ensemble du territoire, mais aussi, par la polyculture élevage, de la gestion de la biodiversité de nos campagnes », poursuit la FNPL.

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site