La référence technique au service des éleveurs

Production laitière

Le robot, un DAC qui doit devenir rationnel

La mise en place d'un robot de traite modifie la stratégie d'alimentation. Attention à ne pas trop augmenter la quantité de concentrés.

Passer au robot de traite permet d’augmenter la production laitière, mais à quel coût? Une étude menée par Optival auprès de 200 exploitations en système robot révèle que les éleveurs voient leur production laitière augmenter en moyenne de 6,5% un an après passage au robot de traite, mais au prix d'une progression de l’utilisation de concentrés de +20%.

L'efficacité alimentaire en système robot, tel était le thème retenu par Optival pour les portes ouvertes organisées début mars dans le cadre de la Quinzaine du conseil en élevage.
Benoît Dumet, spécialiste robot de traite au sein d'Optival:

L'alimentation est le poste le plus important dans le coût de production du lait. C'est aussi un des piliers de la fréquentation du robot de traite et de la santé du troupeau.

Privilégier les matières premières appétentes

En système robot, la ration semi-complète s’impose et nécessite des fourrages de qualité. Il faut ensuite bien choisir ses concentrés. Les matières premières gardent tout leur intérêt. Elles permettent de maîtriser le coût de l'alimentation. Concernant les concentrés azotés, il faut assurer au moins 60% des apports à l'auge. En ce qui concerne les apports au robot, Benoît Dumet met en garde:

Tous les concentrés ne sont pas utilisables au robot. Préférez les matières premières appétentes comme le soja, les drèches de brasserie ou le "wheat gluten feed". Et pour éviter les pics d'acidose, limitez les quatités par passage au robot en fonction des apports à l'auge.

Il faut également être vigilant sur les vitesses d'ingestion des concentrés, d'autant plus pour les robots saturés. Une différence de 100g/min sur un robot saturé à 70 vaches qui reçoivent en moyenne 4 kg de concentrés, c'est près de 4h de distribution supplémentaires.

Après, est-ce qu'il faut prévoir plutôt 1, 2, ou 3 aliments au robot? Les pratiques varient. Techniquement il faut prévoir au moins deux concentrés au robot pour subvenir aux besoins de production. Économiquement, on conseille de donner au moins un tourteau au robot.

La qualité des concentrés a aussi toute son importance pour assurer la consommation et donc la fréquentation au robot. Il faut être vigilant: la composition peut varier d’une livraison à l’autre.

Étalonnez la distribution à chaque livraison. Vérifiez la descente une fois par semaine, recommande Benoît Dumet.

L'apport de concentrés doit par ailleurs être adapté selon le stade de lactation. Un plan de complémentation, progressif et cohérent, doit être mis en place. 

Réduire les concentrés peut s'envisager. À condition de rester vigilant, comme le rappelle Benoît Dumet.

Attention, si une réduction des concentrés n’entraîne pas nécessairement une diminution de la production, elle peut en revanche entraîner une diminution des taux.   

Aller plus loin:
Robots de traite: de la régularité pour une conduite sans risque
3 incontournables pour coupler robot de traite et pâturage

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site