La référence technique au service des éleveurs

Fourrages

Les foins ont commencé dans une bonne partie de la France

Publié le 20/05/2022 par Claire LAMY GRANDIDIER dans
Les foins ont commencé dans une bonne partie de la France. ©AdobeStock/MB

Ça n’a échappé à personne, les températures hautes pour la saison et les très faibles précipitations ont entraîné des premières fauches d’herbe précoces.

« En avril, à l’échelle nationale et en comparaison à la référence, la pluviométrie a été déficitaire de 25 % et jusqu’à -50 % de la Bretagne aux Ardennes, de la Vendée à la Charente-Maritime ainsi que sur le Massif central, la vallée du Rhône et la Côte d’Azur. Au contraire, du Nord de la Lorraine à la Savoie ainsi qu’en Haute-Corse, les précipitations ont été plus importantes qu’habituellement », détaille Météo France.  

Vers un temps chaud et sec ?

Pour le trimestre en cours (mai-juin-juillet), Météo France prévoit un scénario « plus chaud et plus sec que les normales de saison » avec une probabilité de 50 %. « Même dans le cadre d’un scénario plus sec ou plus chaud à l’échelle du trimestre, des passages pluvieux ou plus frais restent possibles », indique l’organisme.

Début des chantiers de foin

Si certains ont terminé les premières coupes d’ensilage et d’enrubannage, d’autres ont commencé et pour certains ont même déjà fini les foins. Sur la communauté Pas d’Avenir sans Agriculteur – PASA, dans le Maine-et-Loire, chez Maxime Angeard, les foins ont débuté la semaine passée avec 18 ha de bottelés. Même son de cloche dans la Loire-Atlantique, la Corrèze, l’Isère, la Savoie ou en Ille-et-Vilaine. 

Manu Cazottes, éleveur, ajoute : « Dans l’Aveyron, à 800 m d'altitude, la première coupe est en cours et en avance de 15 jours environ. Rien ne presse, mais le temps sec et chaud nous aide à faire du bon foin plutôt que de l'enrubannage. »

En revanche, en Belgique, dans le Nord, dans l’Allier et en Alsace, les chantiers de fenaisons n’ont pas encore commencé. 

Pour le moment, tous chantiers de fauche confondus, l’Institut de l’Élevage indique : « Les conditions climatiques ont été idéales pour réaliser de bonnes premières coupes en ensilage et en enrubannage. Les méteils, quant à eux, ont commencé à être fauchés dès début mai, et la qualité semble être au rendez-vous grâce à un hiver peu pluvieux qui a assuré une bonne installation de la culture. »

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site