La référence technique au service des éleveurs

Performance économique

Les grands élevages sont-ils plus performants?

L’augmentation des cheptels a permis de saturer la capacité des bâtiments. N. Tiers/Pixel image

La concentration des élevages s’est accentuée ces dernières années. Mais est-elle synonyme de performance ? Réponse de normand à cette question, "oui mais ce n’est pas pas automatique". À l’occasion du Sima 2017, le Crédit Agricole a tenu une conférence de presse avec l’objectif de faire un point sur les investissements des différentes filières de l’agriculture alors que la crise pèse.

Le premier constat concernant l’élevage, c’est l’évolution du cheptel français, explique Baptiste Lelyon, expert des filières animales au Crédit Agricole SA:

Il y a aujourd’hui plus de vaches allaitantes que de vaches laitières à cause des cessations et de la conversion des quotas en PMTVA (prime au maintien des troupeaux de vaches allaitantes).

En 2015, la France comptait 3,8 millions de vaches laitières répartis dans 65 000 élevages. La production se concentre dans les régions ouest et nord du pays, le cheptel laitier a largement reculé au sud-ouest, concurrencé par les productions végétales. Le spécialiste poursuit :

Quand une vache quitte une exploitation, elle ne revient pas. En 1995, la France comptait 150 000 éleveurs, ils sont 62 000 en 2017.

Le volume de production moyen des élevages est de 400 000 l.

Un chiffre qui cache beaucoup de disparités, cependant, il faut remarquer qu’il y a peu de petits élevages mais aussi peu de grands élevages, bien que la tendance soit à la concentration de la production dans des élevages plus importants, poursuit Baptiste Lelyon chiffres à l’appui. Le nombre d’élevages de plus de 50 VL augmente, tout comme celui de 80 VL qui a été multiplié par 3 depuis 2005. D’ici 2020, environ 20% des élevages auront plus de 100 VL.

Et à la fameuse question de savoir si les plus grands élevages permettent de tirer un meilleur revenu, Baptiste Lelyon répond :

La réponse est oui, mais ce n’est pas automatique. L’augmentation des cheptels a permis de saturer la capacité des bâtiments et les investissements effectués lors de la mise aux normes deviennent productifs. Donc à structure constante, l’augmentation du nombre de VL permet une meilleure productivité. On fait ce constat jusqu’à un certain point, car si l’augmentation d’animaux conduit à une augmentation de la part du travail salarié, cela pénalise la productivité de l’exploitation.

Il s'agit donc d'un juste équilibre entre nombre d'animaux et part du travail salarié.

Lire aussi:
Des impacts, mais aussi des services
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site