La référence technique au service des éleveurs

Tendances viande

L'offre mondiale de viande bovine recule

L'offre mondiale de viande bovine recule dans quasiment tous les principaux pays producteurs. CP : Natalia Lisovskaya/Adobe Stock

Diminution de l'offre de viande bovine, hausse des importations depuis la Chine, diminution des échanges mondiaux de produits laitiers, l'Institut de l'élevage organise un cycle de conférences sur les marchés mondiaux du lait et de la viande afin de faire le point sur les tendances de l'année 2020.

L’offre de viande bovine a diminué dans quasiment tous les principaux pays producteurs, sauf en Chine et en Argentine où elle s’est maintenue, et au Mexique, où elle a augmenté de 2,6% par rapport à 2019. Si pour certains producteurs, comme les États-Unis ou l’UE à 27, la baisse n’est pas très importante, elle est marquée pour le Brésil (-3,4% par rapport à 2019) et considérable pour l’Inde (-11,9 %) et pour l’Australie (-12,5%).

En Inde, cette chute peut s’expliquer par des considérations religieuses, avec la décision ou non de valoriser les vaches de réforme ou les mâles. L’Australie, quant à elle, a souffert de sécheresses en tout début d’année 2020, qui ont engendré de lourdes pertes de cheptel, notamment de jeunes animaux.

« Les producteurs australiens cherchent dorénavant à recapitaliser, à renouveler leur cheptel, d’où cette chute brutale de la production », explique Philippe Chotteau, chef du département économie de l'Institut de l'élevage, lors de la séance introductive du cycle de conférences marchés mondiaux du lait et de la viande.

La Chine importe davantage

Cette volonté de recapitaliser se traduit également par une diminution des exportations australiennes, de 14 % par rapport à 2019. On retrouve ce chiffre pour l’Inde également. En revanche, les pays du Mercosur ont augmenté leurs exportations : de 11 % par rapport à 2019 pour le Brésil, de 7% pour l’Argentine et de 9% pour le Paraguay.

« Ces exportations croissantes sont en grande partie destinées à la Chine, dont les exportations ont augmenté de 21 % par rapport à 2019 », indique Philippe Chotteau.

En effet, la Chine fait face à la fièvre porcine africaine, et a fortement augmenté ses importations de viande ces deux dernières années. Si cela a surtout profité en volume aux importations de viande porcine, qui ont doublé en deux ans, la viande bovine en a aussi bénéficié, notamment en valeur.

Un article détaillé sur les marchés du lait et de la viande en Europe face à la pandémie et au Brexit sera disponible dans le numéro 737 de Cultivar Élevage.
 

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site