La référence technique au service des éleveurs

Alimentation

Maïs grain humide : complément ou base de la ration

Le maïs grain humide peut compléter des rations à base d'ensilage de maïs ou d'herbe conservée. CP : Tof Locoste/Adobe Stock

Le maïs grain humide (MGH) est un aliment riche en énergie. Il peut s’utiliser aussi bien comme complément que comme base d’une ration. En complément, il s’intégrera dans des rations à base de maïs ensilage ou d’herbe conservée. Comme base, il devra être complété d’un fourrage fibreux.
 
Lors d'essais, Arvalis a substitué le blé par du MGH dans les rations de jeunes bovins à base d’ensilage de maïs. Le MGH était distribué à hauteur de 2 à 5 kg brut/jour. Les animaux ont obtenu les mêmes performances de consommation et de croissance, que ce soit avec le blé ou avec le MGH. Toutefois, l’institut technique indique que pour des régimes riches en amidon (> 30%), il est nécessaire de respecter une période de transition alimentaire prolongée pour limiter les risques d’acidose.
 

« Il faut également noter que le MGH ''broyé-ensilé'' est mieux valorisé par les animaux que le MGH conservé ''entier-inerté''. Ainsi, il est préférable de broyer grossièrement ou d’aplatir ce type de MGH avant de le distribuer », explique Arvalis.

 

De bonnes performances en ration sèche

Le MGH peut aussi se substituer à l’orge ou au blé dans les rations « sèches » à base de céréales distribuées à volonté. L’apport d’une paille de bonne qualité est alors nécessaire pour stimuler l’ingestion de fibres et la rumination.

 

« En race blonde d’Aquitaine, on obtient de bonnes performances à l’engraissement avec une ration type composée, pour la ''base concentrée'', de 80 % de MGH et de 20 % d’un complément protéique et minéralisé. Cette base est associée à de la paille ou à du foin distribués à volonté. On ajustera les apports au niveau de 90-100 g de PDI/UFV », indique Arvalis.

 
 

Exemple de plan d’alimentation pour des jeunes bovins blonds d’Aquitaine (200 à 650 kg de poids vif) . Source : Arvalis – Institut du végétal
Exemple de plan d’alimentation pour des jeunes bovins blonds d’Aquitaine (200 à 650 kg de poids vif) . Source : Arvalis – Institut du végétal.



Le maïs grain humide peut aussi compléter des rations à base de fourrages riches en protéines, comme la luzerne, les méteils immatures, ou les prairies. Sa teneur élevée en énergie équilibre ainsi la ration.  

20 % d’aliments protéiques économisés

 
Quatre essais réalisés sur la ferme expérimentale de Saint-Hilaire-en-Woëvre (55) ont démontré cette complémentarité dans les rations de jeunes bovins charolais. En effet, en incorporant 30 % d’herbe de qualité correcte (0,72 UFV/kg MS, 13,5% MAT) en complément du MGH, les performances de croissance ont été supérieures à 1700 g/j. Ces performances ont été équivalentes à une ration témoin composée de maïs fourrage, 2,5 kg de céréales et des tourteaux.
 

« La ration herbe conservée + MGH a permis de réduire les aliments protéiques de près de 20 %. Avec des fourrages plus qualitatifs, il serait même possible de diminuer plus drastiquement les consommations d’aliments protéiques dans ce type de ration », ajoute l'institut technique.

 
Ce dernier rappelle qu'en fonction des objectifs de croissance et du type de régime alimentaire (base ensilage ou ration sèche), les rations des jeunes bovins sont généralement ajustées entre 0,85 et 1,00 UFV par kg de MS, et 90 à 110 PDI/UFV.
 

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site