La référence technique au service des éleveurs

Tendances lait

Marchés des produits laitiers : plus de fromages, moins de poudre

Dans l’UE-27, la production de poudre maigre a baissé de 26000 tonnes depuis le début de l’année 2021. © Picsfive/Adobe Stock

Dans son dernier rapport " Tendances lait et viande", l’Institut de l’élevage analyse les tendances du marché mondial des produits laitiers. Si la production de fromages est à la hausse, celles du beurre et de la poudre reculent, ce qui entraîne une tension des marchés et une hausse des prix pour ces ingrédients laitiers.

La consommation de fromages à l’échelle mondiale continue d’augmenter, ce qui pousse les transformateurs à en produire davantage. Par rapport à 2020, la production de fromages a augmenté de 107000 tonnes en Europe sur la période janvier-août, et de 155000 tonnes aux États-Unis sur les neuf premiers mois de l’année. Dans ce pays, la production de fromages au mois de septembre a d’ailleurs surpris par son ampleur.

« Il s’agit d’un record mensuel de production pour cette période de l’année. Si la dynamique export se vérifie, elle ne suffit pas à absorber la hausse des fabrications. Les stocks affichent donc des niveaux records. Les produits laitiers étant majoritairement consommés en restauration hors domicile aux États-Unis, la Covid-19 a peut-être limité le retour des consommateurs dans la restauration collective. Les opérateurs pensent néanmoins que la consommation intérieure devrait rebondir avec les festivités notamment de Thanksgiving », explique l’Institut de l’élevage.

5000 €/t pour le beurre sur le marché spot

Produire plus de fromages, dans un contexte de collecte laitière stable, revient à produire moins d’ingrédients laitiers tels que le beurre et la poudre.

« Le marché de la matière grasse est extrêmement tendu. Chez les principaux pays producteurs européens, il n’y a quasiment pas de disponibilité sur le marché spot, ce qui se traduit par une forte hausse des prix. Le cours du beurre a franchi les 4000 €/t à la fin de l’été et s’affiche dorénavant au-dessus des 5000 €/t », indique l’institut technique.

En Europe, le manque de beurre se fait fortement sentir sur les marchés français et allemand, notamment car les prix de la crème sont élevés sur le spot et n’incitent pas au barattage. Les fabrications de poudre écrémée reculent aussi : - 11% en Allemagne, premier producteur européen, -7% en Pologne et -1,2 % en France. Ce recul n’est pas compensé par les hausses irlandaises (+15%) et néerlandaises (+ 34%). Ainsi, dans l’UE-27, la production de poudre maigre a baissé de 26000 tonnes depuis le début de l’année, soit -2,4% sur les huit premiers mois. Les volumes ont principalement chuté en début d’année 2021.

En revanche, les exportations européennes de poudre maigre sont demeurées globalement stables sur huit mois, avec une forte augmentation des volumes vers la Chine au détriment du marché historique de l’Algérie. En effet, la demande chinoise sur le marché mondial a explosé : les importations de ce pays ont bondi de 34% par rapport à 2020 sur les neuf premiers mois. Le reste des principaux importateurs ont en revanche réduit leurs besoins face à la forte hausse des prix mondiaux.
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site