La référence technique au service des éleveurs

Statistiques CCMSA

Moins d’installations d’exploitants agricoles en 2019

En élevage (bovin viande, bovin mixte, lait), plus de 92 % des jeunes installés de 2013 sont toujours exploitants agricoles en 2019. ©DR

Fin décembre, la Caisse centrale de la mutualité sociale agricole (CCMSA) a rendu publique une étude statistique relative aux installations agricoles. En 2019, 13 406 chefs d’exploitation se sont installés, soit 519 de moins que l’année précédente (- 3,7 %). Ce repli d’effectif succède à une baisse de 2,8 % en 2018.
L’effectif des jeunes chefs d’exploitation installés âgés de 40 ans et moins – ceux qui sont éligibles au dispositif d’aides à l’installation – recule de 4,4%. Ces jeunes installés représentent 68,3 % des nouveaux installés. Les installations tardives, ne résultant pas d’un transfert entre époux, s’inscrivent en hausse de 0,8 % et représentent désormais 26,1 % des installations réalisées (contre 24,9 % en 2018). Les installations tardives résultant d’un transfert entre époux (5% des installés) sont, quant à elles, en repli de 14,1 %.

Au cours de l’année 2019, les régions Hauts-de-France (+ 1,2 %), Provence-Alpes-Côte d’azur (+ 0,9 %) et Occitanie  (+ 0,9%) bénéficient d’une hausse d’installations. À l’inverse, les régions Corse (- 24,4 %) et Île-de-France (- 14,0 %) sont les plus en recul.

Une majorité d’installations sous forme sociétaire

Depuis 2005, l’installation sous forme sociétaire est devenue majoritaire chez les jeunes installés et se stabilise entre 55 et 57 % de 2012 à 2018. En 2019, 55,2 % des jeunes s’établissent en société avec une prédilection croissante pour les Groupements agricoles d’exploitation en commun (Gaec) et pour les Exploitations agricoles à responsabilité limitée (EARL), avec respectivement 25,6 % et 17,6 % des installations.
Le transfert entre époux se réalise très majoritairement sous une forme juridique en nom personnel (81,1 % des installations). Pour les autres installés tardifs (hors transfert entre époux), la forme sociétaire est légèrement minoritaire, avec 44,9 % des installations.

8 chefs d’exploitation sur 10 toujours en activité six ans après l’installation

L’étude révèle par ailleurs un fort taux de maintien dans l’activité agricole dans les six ans suivant l’installation, malgré le recul du nombre d'installations de chefs d'exploitation agricole. Parmi les chefs d’exploitation installés en 2013, 80 % le sont encore en 2019.
Le taux de maintien est de 87,6% pour les installés de moins de 40 ans. Il est significativement plus faible pour les installés de plus de 40 ans : 68,7 % pour les installés hors transfert et 53,1 % pour les installés à la suite d'un transfert entre époux.  
Le taux de maintien des jeunes, qui varie sensiblement selon l’orientation économique de l’exploitant, demeure le plus élevé en élevage. Pour l’élevage porcin, 95,3 % des jeunes installés de 2013 sont toujours exploitants agricoles en 2019. Viennent ensuite, dans l’ordre décroissant du taux de maintien, les éleveurs bovins-viande (94,5%), les éleveurs bovins-mixte (93,3%) , les éleveurs bovins-lait (92,6%) et les agriculteurs pratiquant la polyculture-élevage (92,2%).

Les résultats de l’étude montrent enfin une diminution de la superficie moyenne par jeune installé, un taux de pluriactivité stationnaire, une stabilité du taux de renouvellement des chefs d’exploitation ainsi qu’un taux de féminisation relativement stable parmi les jeunes installés ( à 39,7 %).

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site