La référence technique au service des éleveurs

Alimentation

Qualité de la ration : des points à surveiller

Publié le 26/05/2021 par Danielle Bodiou dans
L’ingestion de la ration est le pilier des apports énergétiques. Il faut s’assurer que la ration est distribuée en quantité suffisante et qu’il y a toujours de la nourriture accessible à l’auge. CP : Alice Cotens

« Évaluer la qualité de la ration de la vache laitière permet de s’assurer de répondre aux objectifs de production tout en garantissant le meilleur équilibre (nutritionnel…) pour la santé animale. Différents éléments de la ration et de l’environnement sont donc à surveiller », indique Olivier Véron, nutritionniste chez Littoral Normand. La qualité des fourrages est le principal point à vérifier. Que ce soit de l’herbe enrubannée ou ensilée, ou bien de l’ensilage de maïs, un fourrage mal conservé, mal stabilisé, aura tendance à entraîner des échauffements au silo et à l’auge ainsi que des risques de sous-ingestion, préjudiciables aux performances de l’animal. La qualité du fourrage va notamment dépendre de la qualité de la récolte et de la confection du silo. La présentation de la ration à l’auge a également son importance.

L’objectif est d’obtenir une bonne structure de ration et de respecter ses équilibres physique et chimique. La fibrosité, qui est liée à la proportion de fibres « physiques » du fourrage, et les équilibres chimiques influent sur la phase de rumination et jouent sur la production de matière grasse du lait. Quant au taux d’humidité de la ration, qui doit être compris entre 40 et 45 %, il est le garant de bonnes ingestions.

Il convient également de surveiller l’apport énergétique et protéique de la ration afin de garantir sa bonne valorisation. Enfin, il faut examiner les équilibres minéraux – phosphore, magnésium – oligoéléments et vitamines.
 

Des indicateurs pour évaluer la qualité de la ration

 
Plusieurs indicateurs sont à prendre en compte pour évaluer la qualité de la ration.

« L’ingestion de la ration est le pilier des apports énergétiques. Il faut donc s’assurer que la ration est distribuée en quantité suffisante et qu’il y a toujours de la nourriture accessible à l’auge. Pour vérifier la disponibilité et les quantités ingérées, il est nécessaire d’examiner plusieurs points à plusieurs moments de la journée », indique Olivier Véron.

Avant la nouvelle distribution de fourrages, il convient d’observer l’état de l’auge sur 24 heures et de s’assurer de la présence de refus, signe que les vaches ingèrent suffisamment. Il est acceptable de ne pas avoir de refus si on s’assure que les animaux ne peuvent pas ingérer davantage à l’auge.
Pour vérifier l’équilibre énergétique, il faut également observer l’état des animaux, grâce notamment à la note d’état corporel (NEC), méthode d’évaluation des réserves en graisses dans le corps des vaches laitières, ainsi que l’évolution du TP moyen du troupeau et des TP individuels mensuels dont on dispose grâce au contrôle de performances. Les TP individuels, indicateurs de l’équilibre énergétique, diminuent en théorie jusqu’au deuxième mois de lactation pour ensuite remonter progressivement. Si ces taux n’augmentent pas au-delà du troisième mois de lactation, c’est que la ration est insuffisamment couverte en énergie.
 
Retrouvez l’intégralité de l’article dans Cultivar Élevage de mai-juin 2021 : 

 
 
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site