La référence technique au service des éleveurs

Engraissement jeunes bovins

Ration JB maïs-luzerne : des ajustements à prévoir

Dans les conditions de l’essai, la ration maïs ensilage + luzerne entraîne une baisse de croissance de 100g. Une baisse de performances peut-être liée à une diminution de la densité énergétique de la ration.

La luzerne enrubannée comme seul complément azoté d’une ration à base de maïs ensilage faiblement complémenté en énergie, entraîne une baisse des croissances et une dégradation de l’indice de consommation des jeunes bovins. Telle est la principale conclusion d’une étude menée à la station expérimentale bovine de Mauron (Morbihan).

Depuis 2013, cette dernière mesure l’intérêt technique de ce fourrage par rapport au tourteau de soja sur une bande de 28 jeunes bovins charolais. Deux lots homogènes ont été constitués au poids de 350kg et de près de 9 mois d’âge. Ils sont alimentés avec un régime à base de maïs ensilage distribué à volonté. Le lot témoin est complémenté avec 1,4kg de tourteau de soja (1,2kg de MS) et 1kg de MS de maïs grain humide.

Le lot expérimental reçoit 3 à 4kg de MS de luzerne enrubannée en remplacement du tourteau de soja et 2,2kg de MS de maïs grain humide. Les quantités de maïs grain humide distribuées à chaque lot sont calculées afin que la quantité d’énergie apportée par les concentrés soit identique entre les deux lots. Ceci, afin de ne mesurer que le seul effet de l’introduction de la luzerne enrubannée dans la ration.

Luzerne : 100g de GMQ en moins

D’après les résultats (provisoires) de ces essais, les croissances moyennes obtenues sur le lot "soja" ont été de 1373 g/jour du poids de 350 kg à l’abattage. Avec la luzerne, le gain moyen quotidien (GMQ) est inférieur de 100g et la durée d’engraissement supérieure de 28 jours pour arriver au même poids à l’abattage.

Les croissances du lot "luzerne" sont surtout plus faibles en début d’essai. Sur la première partie de l’essai, elles sont de 1215 g/j contre 1515 g/j pour celles du lot "soja". Sur la 2e partie de l’essai, la croissance du lot "luzerne" est de 1345 g/j contre 1175 g/j. Le rendement et le classement (conformation, état d’engraissement) des carcasses sont identiques. La couleur de la viande et du gras est également comparable.

Un indice de consommation dégradé

Sur l’ensemble de la phase expérimentale, les jeunes bovins du lot "luzerne" ont consommé 10,1kg de MS par jour contre 9,05kg pour le lot soja. Les 3,5kg de MS de luzerne consommés ont conduit à une diminution de 2,4kg de MS de maïs ensilage ingérés par rapport au lot témoin "soja".

Dans cet essai, l’association maïs-luzerne s’est traduite par une augmentation du niveau d’ingestion total de la ration, malgré une densité énergétique et un niveau plus faible de la ration. L’apport énergétique supérieur de 0,5 UFV (unité fourragère viande) par jour n’a pas été valorisé.

Alain Guillaume, spécialiste viande bovine au pôle herbivores des chambres d’agriculture de Bretagne, souligne:

"Le niveau azoté de la ration plus faible, soit 82g PDIN1/UFV contre 102 g pour le lot «soja», bien que comparable à celui des essais « ration blé-luzerne » menés à la station expérimentale, n’a sans doute pas permis une bonne couverture azotée, notamment en début d’engraissement.
"La ration «maïs ensilage-luzerne» étant également plus riche en cellulose que la ration «blé-luzerne», ce faible niveau azoté a peut-être limité la digestibilité de la cellulose. L’indice de consommation est fortement dégradé. Les jeunes bovins ont consommé 1,3 kg de MS, soit 0,85 UFV de plus par kilo de gain de poids vif."

Pour Alain Guillaume, des ajustements de la ration dont donc à envisager.

"Pour corriger l’effet déconcentration énergétique de la ration lié à l’utilisation de luzerne, il faudrait augmenter l’apport de céréale d’environ 1kg. Parallèlement, il faudrait arriver à faire consommer un peu plus de luzerne enrubannée aux jeunes bovins afin de couvrir les besoins azotés."

Une répétition de cet essai est en cours et permettra la validation de ces résultats.

(1) Protéines digestibles dans l’intestin grêle (PDI) permises par l’azote (N).
 

Performances des jeunes bovins sur la phase expérimentale

Lot Soja Luzerne
Nombre 14 14
Poids abattage (kg) 765,9 767,4
Durée d’essai (j) 285 313
GMQ (g/j) 1373 1274
Âge abattage (mois) 18,6 19,5
Poids de carcasse (kg) 456,9 456,1
Conformation (a) 13,2 12,8
État d’engraissement (b) 7,4 8
Couleur viande (c)  41,6 43,1
Couleur du gras (d) 1,5 1,3

(a) 13 pour U-, 14 pour U= ; (b) 7 pour 3-, 8 pour 3= ; (c) mesure chromamètre : luminance de 0 à 100 ; (d) 1 pour blanc, 2 pour jaune pâle
Source : Station expérimentale de Mauron

 
Lire aussi :
Vers l’autonomie protéique avec la luzerne
La luzerne enrubannée, tout bon pour l’engraissement des jeunes bovins

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site