La référence technique au service des éleveurs

Maïs fourrage/Bretagne

Semer dès la mi-avril… sur sol ressuyé

Les semis de maïs fourrage précoces permettent plus de rendement et de qualité à la récolte par rapport aux semis tardifs. Tel est le constat dressé par Arvalis-Institut du végétal après une série d’essais menés depuis 2011 en zone fourrage (Bretagne et Picardie).

L’intérêt et l’enjeu d’un semis précoce, c’est :
- La mise en place précoce d’une surface foliaire capable d’intercepter le rayonnement des jours longs, à la fin du mois de juin et au mois de juillet, ceci afin de maximiser la photosynthèse. L’offre en groupes de précocité (par sommes de températures) étant plus importante en semis précoce, on peut logiquement semer une variété un peu plus tardive pour bénéficier de son potentiel de rendement supérieur. En moyenne, le gain de potentiel est d’environ 200 kg MS/ha pour 1 point de précocité.
- Une floraison plus précoce qui peut esquiver le stress hydrique estival, même si cela n’est pas observé systématiquement.

Le risque de gel n’est pas le principal facteur limitant, souligne Arvalis qui évoque le réchauffement climatique. Un semis de mi-avril en 2014 n’est pas plus exposé au risque de gel qu’un semis de début mai dans les années 80. En revanche, la survenue d’une période froide et humide juste après le semis, comme en 2012 et 2013, est un des risques majeurs en semis précoces.

Ainsi, en Bretagne, Arvalis préconise de semer dès que possible. Les récents essais réalisés dans la région confirment l’intérêt de profiter des premiers créneaux favorables à partir de la mi-avril. En moyenne, un semis de la deuxième quinzaine d’avril mettra 12 à 15 jours seulement à lever, contre 20 à 25 jours pour un semis de début avril.

Oscinie et Géomyza

Les semis de maïs fourrage précoces sont possibles à la condition impérative de travailler sur sol ressuyé, rappelle Arvalis. Les précipitations ont été importantes au cours de l’hiver 2013-2014, il est donc conseillé d’attendre le ressuyage avant d’intervenir.

Michel Moquet, ingénieur régional Ouest chez Arvalis-Institut du végétal explique:

Il s’agit d’une précaution de bon sens qui vaut pour l’implantation de toutes les cultures de printemps. L’objectif est de créer une structure du sol favorable à la levée, permettant un bon contact avec la graine et favorable à l’enracinement, sans rupture dans le profil (semelle, sol creux).
On cherchera donc à obtenir une terre ameublie en profondeur, rassise sans être trop tassée et affinée sans excès en surface. Un travail du sol en conditions ressuyées apporte plus de résultats qu’un semis réalisé quelques jours plus tôt en sol non ressuyé.

Autre condition : favoriser le démarrage en semis précoce. Une fertilisation starter localisée sur le rang met à disposition des jeunes plants de maïs le phosphore favorable à une installation rapide. Dans les essais conduits par Arvalis, la réponse à l’engrais starter est en moyenne supérieure pour les semis précoces du mois d’avril que pour les semis du mois de mai.

Contre les ravageurs de début de cycle, un engrais starter en localisé peut retarder un peu les dégâts mais ne pourra à lui seul les éviter. En semis précoces, les mouches Oscinie et Géomyza sont autant à craindre que le taupin. Une protection insecticide en traitement de semences ou en micro-granulés dans la raie de semis sécurisera le peuplement.

Enfin, en semis précoce, le recouvrement de l’inter-rang peut être lent et le resalissement des parcelles peut exiger un renforcement du programme herbicide ou un rattrapage mécanique au moyen d’un binage.
 
Arvalis-Institut du végétal rappelle l’importance de la qualité du semis pour la réussite de la culture de maïs:

Tout défaut de densité entraîne une baisse du rendement, en maïs grain comme en maïs fourrage.  

Lire aussi :
Bien préparer le sol favorise une levée rapide et homogène du maïs
Lait bio : un peu de maïs est bon pour l'économie
Valoriser ses engrais de ferme sur maïs fourrage

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site