La référence technique au service des éleveurs

Santé et prévention

Un plan d’action gouvernemental contre la détresse des agriculteurs

Publié le 24/11/2021 par Agathe Legendre dans
Les exploitants agricoles représentent la catégorie professionnelle la plus touchée par le suicide. Photo :  auremar/Adobe Stock

Près d’un an après le rapport Damaisin, remis en décembre 2020 à Jean Castex, Premier ministre, le Gouvernement dévoile le 23 novembre 2021 sa feuille de route pour la prévention du mal-être et l’accompagnement des agriculteurs en difficulté. Elle s’articule autour de trois axes : « humaniser», « aller vers » et « prévenir et accompagner ».
 
Au nom de la terre est le titre du film qui a fait connaître au grand public la problématique du suicide chez les agriculteurs, même si les drames qui traversent nos campagnes ne sont pas récents. Plus proche de nous, en 2011, le Gouvernement lançait un plan de prévention du suicide dans le monde agricole, avec l’aide de la Mutualité sociale agricole (MSA). En 2014, cette dernière mettait en place un dispositif d’écoute d’urgence pour répondre aux situations de détresse « Agri’écoute », accessible 24 heures sur 24. Un an plus tard, en 2015, une étude de l’organisme de sécurité sociale des agriculteurs dénombrait 372 suicides d’agriculteurs, soit un par jour, plaçant ainsi tristement la profession d’exploitants agricoles au top 1 de la catégorie sociale ayant la plus forte mortalité par suicide.

Une feuille de route en réponse à la détresse

Face à ce constat, un rapport porté par le député Olivier Damaisin, était remis en décembre 2020 au Premier ministre Jean Castex. Le document dresse un état des lieux du suicide dans le monde agricole, et poursuit avec des propositions pour améliorer les dispositifs de repérage et de prise en charge des exploitants en détresse. Parmi les suggestions, figurent le dispositif des sentinelles ou encore le financement de l’aide au répit. De ce rapport découle la « mobilisation collective » lancée le 23 novembre 2021 par le Gouvernement pour tenter d’enrayer le phénomène, avec en tête Olivier Véran et Julien de Normandie, respectivement ministres de la Santé et de l’Agriculture, accompagnés de Laurent Pietraszewski, secrétaire d'État chargé des Retraites et de la Santé au travail.

Réseaux sentinelles

Rien de nouveau, les sentinelles sont toujours présentes mais la feuille de route prévoit de les généraliser. Les agriculteurs en détresse ne se manifestent pas forcément, alors le Gouvernement veut tenter de les identifier grâce à des réseaux de sentinelles composés de personnes en contact quotidien avec eux. Ces réseaux devraient être constitués au niveau de chaque département et leurs membres formés à la détection des situations de détresse.

Comités de pilotage gouvernementaux

Face au constat du rapport Damaisin qui déplore un manque de lien et de coordination pour identifier les agriculteurs en difficulté, l’exécutif répond avec la création de comités de pilotage dans chaque département. Objectif : rassembler des représentants du monde agricole, de la santé, du monde de la finance, etc. pour échanger autour d’un référent de l’État qui aura la charge de les mettre en lien.

Accompagnement économique et humain

Le budget de l'aide au répit est largement augmenté: il passe en effet de 3,5 millions d’euros par an à 5 millions. Les exploitants, chefs d’entreprises agricoles et salariés peuvent ainsi bénéficier de consultations psychologiques, de séances de sophrologie ou encore de sept jours de vacances avec un remplacement financé à 100% par l’État. Le renouvellement est possible et les conditions d’accès sont élargies par la feuille de route de l’exécutif.
À noter également, la prolongation jusqu’en 2024 du crédit d’impôt remplacement. Inscrit dans le projet de loi de finances pour 2022, l’avantage fiscal est renforcé en cas de maladie ou d’accident du travail avec un taux qui passe en pareil cas de 50 % à 60 %.
L’accompagnement étatique comporte également un volet économique à hauteur de 7 millions d’euros pour aider les exploitations les plus en difficulté.
 
Au total, douze millions d'euros supplémentaires par an seront mis sur la table afin de lutter contre la détresse dans le monde agricole. Il est prévu que cette somme soit renouvelée chaque année jusqu’en 2025.

Un plan différemment apprécié sur le terrain

Le plan de lutte contre le suicide est loin de faire l’unanimité chez les représentants des professionnels de l’agriculture.

Ainsi, Solidarité Paysans déplore notamment dans un communiqué de presse du 23 novembre l’absence de prise en compte « de la faiblesse du revenu des agriculteurs », ainsi que « l’amalgame entre agriculteur en difficulté économique et agriculteur présentant des signes de mal-être ».

S’agissant des outils, Solidarité Paysans dénonce des traitements partisans et partiaux par les sentinelles, le collectif s’attriste tout autant de l’absence de solutions en matière de formation professionnelle des agriculteurs en plan de sauvegarde ou de redressement judiciaire.

Les acteurs institutionnels comme les MSA et les chambres d'agriculture, mais également la FNSEA ou encore les Jeunes Agriculteurs (JA) saluent quant à eux cette feuille de route qu’ils interprètent, dans un communiqué de presse commun, comme une « marque de la volonté partagée par la profession et les pouvoirs publics de tout faire pour réduire une surmortalité de 30 % par suicide au sein des populations agricoles ». Ils saluent le renforcement des sentinelles, comme celui d'Agri'écoute, ainsi que la pérennisation du financement de l'aide au répit.

Du côté de l’exécutif, « la mère des batailles est la rémunération des agriculteurs », a martelé Julien de Normandie, qui a également profité de l’occasion pour rappeler « la revalorisation des retraites des exploitants agricoles à 1 035 euros minimum au 1er novembre ». Ce plan a été présenté à pas pressés, à quelques mois de l’élection présidentielle. La mobilisation collective portée par le Gouvernement devra se concrétiser sur le terrain faute de quoi, chaque jour, le suicide d’un agriculteur continuera d’être à déplorer.
 
Un article de Laetitia Muller
 
 
 
 
 

 

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site