La référence technique au service des éleveurs

Conjoncture laitière française

Un prix du lait toujours en dessous des niveaux de 2020

Publié le 04/05/2021 par Claire LAMY GRANDIDIER dans
Un prix du lait toujours en dessous des niveaux de 2020. © Tanapon/AdobeStock

Le Cniel revient sur la conjoncture laitière du mois d’avril. L’interprofession souligne une augmentation des prix des produits laitiers et, dans un même temps, une diminution de la collecte laitière. 

Les prix des produits laitiers industriels se sont redressés depuis le début de l’année 2021. Les cours du beurre en France ont ainsi progressé de 700€ la tonne en l’espace de 15 semaines pour se situer actuellement autour de 3900€. De son côté, le prix de la poudre de lait écrémé a augmenté de 300€ depuis le début de l’année 2021 pour atteindre désormais 2500€ la tonne.

La collecte européenne recule

Cette remontée des cours intervient dans un contexte de légère diminution de la production laitière en Europe sur le début de l’année 2021. En moyenne journalière, la collecte européenne recule en effet de 0,9% sur janvier et février, de telle sorte que la croissance cumulée sur les 12 derniers mois se limite à moins de 1%. Dans le même temps, la production laitière reste dynamique aux États-Unis mais progresse de façon plus modérée en Nouvelle-Zélande.

« Le recul de la production observé en Europe depuis le début de l’année 2021 apparaît encore plus marqué en France, explique Benoît Rouyer, économiste au Cniel. Sur l’ensemble des 14 premières semaines, la collecte a ainsi diminué d’un peu plus de 3%. L’écart entre les niveaux de 2020 et 2021 tend, néanmoins, à se rétrécir sur les toutes dernières semaines. »

7€ en dessous des prix de l'année passée 

Selon l’enquête mensuelle laitière de FranceAgriMer, le prix standard du lait de vache conventionnel était de 328€ /1000l sur le mois de février 2021. Il se situe 7€ en dessous du niveau de février 2020. 
La filière laitière fait preuve d’une relative résilience dans un monde économique fortement perturbé. Les perspectives sur le premier semestre 2021 sont plutôt favorables, compte tenu de la vigueur de la demande mondiale. 
 
Benoît Rouyer, économiste au Cniel, fait le point sur la conjoncture laitière du mois d’avril 2021 :

 

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site