La référence technique au service des éleveurs

Perel

Un site dédié à l'autonomie fourragère en élevage

Les chambres d'agriculture des Pays de la Loire, l'Institut de l'élevage, Arvalis, les contrôles de performances et les Cuma sont mobilisés autour du projet Perel. Photo : DR.

Les chambres d’agriculture des Pays de la Loire viennent de mettre en ligne le site www.perel.paysdelaloire.chambagri.fr dédié à la recherche d’autonomie fourragère en élevage ruminant (bovins, ovins, caprins). L’autonomie fourragère est en effet au cœur des préoccupations des éleveurs pour répondre aux aléas climatiques, mais aussi à la volatilité des prix des matières premières.

Cette préoccupation est encore plus marquée dans les régions où la production d’herbe domine dans les systèmes d’élevage ; en Pays de la Loire par exemple. Deux années consécutives de sécheresse en 2010 et 2011 ont impacté les exploitations herbivores, mais avec les bonnes années fourragères qui s’enchaînent depuis 2012, cela peut être perçu comme un simple aléa conjoncturel. Pourtant, les prévisions d’experts du climat indiquent une fréquence plus élevée de tels épisodes de sécheresse à l’avenir.

Par ailleurs, l'excès d'eau à des périodes clés des cycles végétatifs (semis, récolte) peut aussi entraver le potentiel fourrager de l'exploitation.

Coût des fourrages

Pour anticiper ce risque, les conseillers des chambres d’agriculture des Pays de la Loire se sont mobilisés (en collaboration avec l’Institut de l’élevage, Arvalis, les contrôles de performances et les Cuma) afin de produire pour les éleveurs et les techniciens, des références et des outils permettant de restaurer la capacité d’un système d’alimentation à s’adapter aux évolutions climatiques. Cela aussi bien en systèmes conventionnels qu'en production biologique.

Engagé depuis trois ans, le projet Perel (Pérenniser l'élevage de ruminants par l'autonomie fourragère) est encore en cours, mais le site propose déjà :

  • la recherche d’un fourrage adapté à un aléa climatique et un type de sol, avec une fiche de synthèse et de recommandations sur chaque espèce;
  • une information sur les coûts des fourrages rendus à l’animal (intégrant production, récolte et distribution);
  • des références sur la gestion de l’eau pour une meilleure robustesse des productions végétales;
  • des résultats d’essais (en cours) pour développer des prairies pérennes plus précoces et résistantes à la sécheresse;
  • la réalisation d’un bilan fourrager dynamique en adéquation avec les objectifs de production de l’éleveur.

Le programme Perel est soutenu par le conseil régional des Pays de la Loire.

Voir aussi :
Vers l'autonomie protéique avec la luzerne
Les prairies multi-espèces vont se développer
L'herbe d'automne : un fourrage à valoriser
En vidéo : Les bonnes raisons d'opter pour une prairie à flore variée

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site