La référence technique au service des éleveurs

Ray-grass hybride avec ou sans trèfle violet

Une fauche précoce améliore la valeur alimentaire

En RGH comme en RGH+ trèfle violet, la fauche précoce améliore le taux de MAT et la valeur énergétique. Photo : KUHN

Une récolte précoce améliore la valeur alimentaire des prairies de ray-grass hybride (RGH) et de RGH-trèfle violet. Telle est la conclusion d’une étude menée à la station expérimentale bovine de Mauron, dans le Morbihan.

Depuis 2013, cette dernière mesure l’effet d’une récolte précoce sur la valeur azotée et énergétique des prairies de fauche (destinées à l’ensilage), et les conséquences sur le rendement, sachant que la première coupe représente une part importante du rendement annuel.

Dans l'essai1, cinq types de prairies ont été semés mais seules deux modalités ont pu être analysées en première année d’exploitation : le RGH et l’association RGH + trèfle violet. Chaque modalité a été récoltée à deux stades : une récolte « précoce » au stade montaison de la graminée, et le « témoin » au stade début épiaison de la graminée. Le rendement a été mesuré à chaque cycle et une notation du taux de légumineuses ainsi qu’une analyse de la valeur alimentaire ont également été réalisées.

La graminée pure a été fertilisée entre 150 et 180 unités d’azote par an en fonction du climat de l’année. L’association RGH-trèfle violet a été fertilisée à partir de la 2e année d’exploitation (50 unités d’azote en sortie d’hiver).

En 2014, première année d’exploitation, la première coupe de la parcelle « récolte précoce » a eu lieu le 19 mars, celle de la parcelle témoin trois semaines plus tard, le 11 avril. Les récoltes suivantes se sont succédé toutes les cinq à sept semaines.

RGH : + 6 points de MAT avec une fauche précoce

D’après les premiers résultats de l’essai, la fauche précoce du RGH entraîne un gain sur la valeur alimentaire. Le taux de matière azotée totale (MAT) est amélioré de six points : 19,3 % de MAT pour la fauche précoce contre 13,3 % pour la fauche témoin. La valeur énergétique est également augmentée avec 1 UFL et 0,97 UFV pour la fauche précoce (voir tableau).

Françoise Guillois, du pôle herbivores des chambres d’agriculture de Bretagne, souligne :

La valeur nutritive est déterminée avant tout par le stade de la graminée au moment de la fauche. Un fourrage récolté au stade jeune, feuillu et tendre, possède une meilleure valeur alimentaire qu’au stade épiaison.

La seule différence entre les modalités porte sur le rendement : le RGH fauché précocement produit 15 % de moins que le témoin. La perte se situe principalement au premier cycle : le rendement est alors inférieur de 50 % par rapport au témoin. Les rendements des cycles suivants n’ont pas permis de compenser entièrement cette perte.

RGH + trèfle violet : rendement supérieur au témoin

Pour l’association RGH-trèfle violet, une fauche précoce ne pénalise pas le rendement annuel, qui est même légèrement supérieur au témoin (+ 5 %). Pourtant, la perte de rendement est également importante sur le premier cycle : - 43 % par rapport au témoin.
L’évolution de la flore de l’association explique le bon rendement annuel. En début de saison, le RGH est dominant. Le trèfle violet se développe essentiellement à partir de mai et prend alors le relais de la graminée qui produit peu l’été.

La fauche précoce permet d’améliorer le taux de MAT de 2,1 à 2,4 points pour les deux premiers cycles. Mais ce taux est moindre par rapport au RGH pur fertilisé. Avec une fauche précoce, la MAT du premier cycle est de 11,2 % pour l’association RGH-trèfle violet alors qu’elle est de 19,2 % pour le RGH. Avec seulement 4 % de trèfle violet, la proportion de légumineuses est insuffisante pour compenser l’absence de fertilisation azotée.
La fauche précoce reste cependant favorable à la valeur énergétique du fourrage. On note également que la légumineuse s’installe plus vite.
 
L’essai sera poursuivi jusqu’en 2017. L’évolution de la flore, la variabilité des années climatiques, l’analyse des modalités écartées la première année permettront d’affiner et consolider les résultats.
 
(1) Essai réalisé avec le soutien financier du pôle agronomique de l’ouest dans le cadre du projet APELA (Autonomie protéique des élevages laitiers et allaitants)
 
Résultats RGH

Traitement Cycle MAT(%) PDIN (g/kg MS)1 PDIE (g/kg MS)2 UFL3 UFV4
Témoin C1 13,3 85 87 0,89 0,84
C2 8,8 56 79 0,86 0,80
Précoce C1 19,2 123 99 1 0,97
C2 11,7 76 90 0,92 0,87

 
Résultats RGH + trèfle violet

Traitement Cycle Taux de trèfle violet (%) MAT (%) UFL UFV
Témoin C1 2 8,8 0,90 0,85
C2 13 7,2 0,90 0,85
Précoce C1 4 11,2 0,98 0,95
C2 23 9,3 0,96 0,92

(1) PDIN : Protéines digestibles dans l’intestin grêle (PDI) permises par l’azote (N) 
(2) PDIE : Protéines digestibles dans l’intestin grêle (PDI) permises par l’énergie (E) apportée par l’aliment.
(3) Unité fourragère lait.
(4) Unité fourragère viande.
Source : station expérimentale de Mauron

Lire aussi :
Deux prairies « idéales » en pâture et fauche bio
Dactyle, luzerne et trèfle violet : le trio de base pour des prairies multi-espèces à dominante fauche du nord du Massif central
Projet Apela / Praipe : Faire durer les prairies temporaires
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site