La référence technique au service des éleveurs

Agriculture bio

Veaux sous nourrice : des effets bénéfiques sur la santé et la croissance

"La présence de vaches nourrices en première saison de pâturage semble avoir un effet protecteur vis-à-vis des strongles gastro-intestinaux", explique Caroline Constansis. ©Diane/AdobeStock

Moins de diarrhées, une infestation modérée par les strongles gastro-intestinaux, une croissance soutenue des veaux : tels sont les avantages de la conduite des veaux sous nourrice relevés par Caroline Constansis dans le cadre de sa thèse réalisée à Oniris à Nantes.

"La conduite des veaux sous vaches nourrices est une pratique introduite en France en 2009 après un voyage d’études d’éleveurs finistériens en Angleterre. Elle consiste à faire adopter 2 à 4 veaux par une vache laitière qui n'est pas traite. Le plus souvent, les nourrices sont des vaches destinées à l'abattoir : des vaches qui boitent, qui ont des mammites récurrentes... Cette pratique leur offre une deuxième chance ", expliquait Caroline Constansis, à l'occasion des Journées 3R, qui se sont déroulées en décembre 2020.

La conduite des veaux sous nourrice entraîne des modifications pour le veau.


Conduite classique des veaux dans les fermes bio


 


Conduite des veaux élevés sous vaches nourrices

" La pratique modifie le mode d’alimentation et le type de logement. Les veaux sont en présence de vaches adultes durant leur première année de vie, alors que traditionnellement il n'y a pas de contact avec des vaches adultes avant le premier vêlage. Et la première saison de pâturage est plus longue. L'adoption est une étape clé, l’éleveur doit veiller à ce que le veau tête bien", explique Caroline Constansis.

Il y a, aujourd'hui, encore peu de références sur la conduite des veaux sous nourrices et sur les impacts zootechniques et sanitaires. Dans le cadre de sa thèse, Caroline Constansis a étudié 20 fermes pratiquant la conduite des veaux laitiers avec des vaches nourrices (19 fermes commerciales du Grand Ouest et la ferme Inrae de Mirecourt dans les Vosges). La plupart pratique le croisement de races et regoupent les vêlages.

Moins de diarrhées

La jeune chercheuse s'est intéressée à deux maladies majeures des veaux : la cryptosporidiose et les strongles gastro-intestinaux. Elle a également évalué les performances de croissance.

Les analyses de fécès réalisés sur les veaux ont permis de montrer une intensité plus faible de cryptosporidiose. Les veaux présentent moins de diarrhées. L'infestation par les strongles gastro-intestinaux est, par ailleurs, modérée.

L'élevage des veaux sous nourrices a également des effets bénéfiques sur les performances de croissance : dans l’étude, les veaux présentaient une croissance moyenne de 783 g/jour.

Cette croissance importante pourrait permettre, a priori, un premier vêlage à 24 mois comme l’évoquait une précédente étude. L’utilisation de la race Jersiaise, réputée pour sa précocité, pourrait également renforcer cette possibilité.

L'étude se poursuit par l'observation des génisses de deuxième année (bien-être animal, croissance, reproduction, strongles gastro-intestinaux).

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site