La référence technique au service des éleveurs

Conjoncture laitière

Vers un croisement temporaire des prix du lait bio et conventionnel

La collecte de lait bio a atteint 1,23 milliard de litres, en hausse de 11% par rapport à 2020. © Clara/Adobe Stock

En France, la chute de consommation des produits laitiers biologiques s’accentue, dans un contexte inflationniste qui conduit certains ménages à arbitrer sur les produits onéreux, explique l’Institut de l’élevage dans le dernier numéro de «Tendances lait viande».

« En 2021, la collecte de lait bio a atteint 1,23 milliard de litres, en hausse de 11% /2020. Cette croissance de la collecte bio tend à ralentir ces derniers mois. En janvier et février, la collecte de lait bio n’a augmenté que de 4% par rapport à l’an dernier à pareille époque », indique l’Idele.

Il est envisageable qu’un phénomène de déconversions, liées à une conjoncture difficile, soit en cours. En effet, la consommation de produits issus de l’agriculture biologique décroît en France, et les prix du lait biologique sont en légère baisse.

-30% sur les ventes de crème

« D’après le panel Kantar, le recul de la consommation des ménages s’amplifie dans toutes les familles de produits depuis cet automne, et l’entrée dans un contexte inflationniste. Les ventes de beurre, de fromages et de crème enregistrent des chutes spectaculaires sur les 3 mois derniers mois (respectivement -21%, -22% et -30% sur un an) », indique l’Institut de l’élevage.

Tous les indicateurs de suivi de consommation reculent, d’après le bilan Kantar, que ce soit le taux de pénétration, le niveau moyen d’achat, le budget moyen d’achat ou encore la fréquence d’achat.

« La famille des laits liquides bio, pourtant en proie à une concurrence féroce des allégations conventionnelles, est finalement celle qui résiste le mieux à ce mouvement de déconsommation », tempère l’Idele.

Baisse de 5 à 15€ les 1000 l

Collecte importante, même si elle augmente moins rapidement, et déconsommation, entraînent une hausse des déclassements. Les cours élevés des ingrédients laitiers conventionnels permettent toutefois de limiter l’impact de ces déclassements pour les producteurs. D’ailleurs, cette envolée des cours mondiaux est concomitante à une légère baisse du prix du lait bio.

« Les quatre principaux collecteurs (Biolait, Lactalis, Sodiaal, Agrial), qui représentent 70% de la collecte nationale bio, appliquent des baisses comprises entre 5 et 15 €/1 000 l par rapport à l’an dernier, quand la plupart des opérateurs secondaires maintiennent le prix. En février, le prix du lait bio (standard 38/32) affiche une baisse d’environ 3 €, à 469 €/1000 l. Comme le prix du lait conventionnel croît fortement, et que le prix du lait bio se caractérise par une très forte saisonnalité, avec un écart moyen de près de 80 € entre avril et novembre, le prix du lait conventionnel devrait temporairement rattraper, en avril/mai, celui du lait biologique. La portée symbolique de cet événement pourrait marquer les esprits, même s’il ne s’agira que d’une inversion passagère », estime l’Idele.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site