La référence technique au service des éleveurs

phytothérapie

Santé animale

Phytothérapie et aromathérapie : une nouvelle méthode d’évaluation

Publié le 27/01/2022 par Claire LAMY GRANDIDIER dans
Phytothérapie et aromathérapie : une nouvelle méthode d’évaluation. © Motortion/AdobeStock

Alors que la phytothérapie et l’aromathérapie sont davantage pratiquées dans les élevages, elles ne répondent pas à tous les critères. L’absence de limite maximale de résidus a poussé l’Anses et l’Agence nationale du médicament vétérinaire à travailler sur une nouvelle méthode d’évaluation. 

Médecines alternatives ou « complémentaires »

Des méthodes de soin pas si anodines

Les huiles essentielles peuvent s’utiliser en voie cutanée, respiratoire, utérine, oculaire et orale.

Dans le cadre du plan Ecoantibio, les médecines douces, dites « complémentaires » (homéopathie, phytothérapie, aromathérapie), suscitent l’intérêt de nombreux éleveurs bovins qui voient en elles des méthodes de soin faciles à mettre en œuvre et sans risque.

Campagne de communication

« Les antibios, comme il faut, quand il faut »

La nouvelle campagne sera relayée jusqu’au 31 octobre dans la presse spécialisée agricole et vétérinaire et sur les réseaux sociaux. Photo : ministère de l’Agriculture

À l’occasion du Space qui s’est ouvert le 12 septembre à Rennes, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a lancé une nouvelle campagne de communication à destination des éleveurs et des vétérinaires sur l’usage raisonné des antibiotiques : « Les antibios, comme il faut, quand il faut ».

Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site