La référence technique au service des éleveurs

Assemblée générale Gènes diffusion

Gènes diff à la conquête de l’Ouest et de l’Est

Alain Guillaume, président et François Desmons, directeur de Gènes diffusion lors de l'assemblée générale du 23 juin 2015. Photo: A.Cotens/pixel image

Gènes diffusion continue sur sa lancée ! La coopérative l’a annoncé lors de son assemblée générale le 23 juin : malgré les difficultés en lait et en viande, elle continuera à étendre son périmètre et à proposer de nouveaux services et caractères de sélection.

Le groupe représente 22% du marché français de l’insémination avec 779 304 IAT en 2014. Cependant, l’entreprise annonce une diminution de -5,9% du nombre d’adhérents par rapport à 2013 qui s’expliquerait par l’augmentation des regroupements en Gaec. En 2014, le nombre d’IA en holstein est de 245 583 soit +0,9% par rapport à 2013.

Cap vers la Bretagne

Le conseil d’administration l’annonce : le développement du groupe passera par la Bretagne. La coopérative d’insémination artificielle a déjà déployé des inséminateurs sur la région normande. À présent, elle vend des semences en Bretagne et souhaite recruter des inséminateurs expérimentés sur le territoire. Pour favoriser ce développement à l’Ouest, François Desmons, directeur du groupe dévoile :

Nous allons initier un programme génétique normand autonome en accord avec OrigenPlus dans un premier temps.

Le groupe, intéressé par l’international, tourne aussi son regard vers l’Est et la possibilité de son expansion en Europe. Un partenariat a été mis en place avec le groupe polonais Shiuz Bydgoszcz. Cette entreprise représente 30% de l’offre génétique polonaise en race holstein sur la période 2013-2015 avec  400 000 vaches inséminées.

Devenir une "breed society"

Cet accord permet la création d’un programme génétique bovin européen pour la race holstein. Gènes Diffusion conforte ainsi son approvisionnement à l'international.

Ce projet s’accorde avec la dynamique proposée par le futur règlement zootechnique européen. Encore flou pour bon nombre d’acteurs du secteur, il devrait être appliqué en 2016. Ce règlement propose la création de « breed societies », comparées aux OS. Très peu osent aujourd’hui s’exprimer sur la future forme du dispositif français mais pas Gènes diffusion.

L’entreprise souhaite devenir une « breed society » à part entière à l’échelle européenne pour la race holstein. Une opportunité à saisir selon le président du groupe Alain Guillaume :

Ce règlement est européen. Quel serait l’intérêt de créer des "breed societies" par race et par État membre ? Nous souhaitons développer notre propre index. Les éleveurs auront plus de choix.

À lire aussi:
Les spécificités de l'offre Gènes diffusion

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site