La référence technique au service des éleveurs

Ferme expérimentale de La Blanche Maison

« L’exosquelette n’est pas adapté pour la traite »

Publié le 13/01/2020 par Danielle Bodiou dans
L’arrêt de l’expérimentation de l’exosquelette en salle de traite a été décidé au bout d’un mois du fait de la mise en évidence de modestes bénéfices au regard des inconvénients. © La Blanche Maison

Après seulement un mois d’évaluation, la ferme laitière expérimentale de La Blanche Maison (Manche) a mis fin à l’expérimentation de l’exosquelette en salle de traite. Intitulée « projet Exotraite », cette expérimentation, menée avec la chambre régionale d’agriculture de Normandie et la MSA, était prévue sur trois mois. Elle avait pour objectif d’évaluer l’intérêt de l’utilisation de cet équipement lors de la traite, les gains éventuels sur l’organisation du travail, le confort, la santé et la sécurité au travail. Un protocole de suivi a été mis en place. Ce dernier était basé sur l’observation des salariés à la traite, avec et sans l’exosquelette, ainsi que sur un suivi médical des trayeurs avant et pendant l’expérimentation.
« Si l’expérimentation a été bien accueillie par les salariés, une baisse d’enthousiasme est rapidement apparue du fait de la mise en évidence de modestes bénéfices au regard des inconvénients, rapporte la ferme expérimentale. Les conclusions des observations réalisées par les conseillers de prévention de la MSA sont confirmées par les retours des salariés. »
 
 

Des avantages minimes….

Selon la ferme expérimentale, l’exosquelette offre « des bénéfices modestes » en matière d’assistance à l’effort d’élévation de l’épaule lors des interventions sur les trayons les plus éloignés, essentiellement lors du nettoyage de la mamelle. Ce bénéfice concerne les vaches les plus hautes et les plus éloignées du quai de traite.
Les avantages seraient minimes également en matière d’assistance pour accéder aux commandes situées en hauteur.
 «Il me soulageait quand je levais les bras pour utiliser les boîtiers, dans les étapes de trempage et quand les vaches étaient mal positionnées. Il m’a soulagée dans le maintien du dos et il incite à utiliser les jambes pour se baisser plutôt que le dos », ont commenté des salariés.
 

…et « des inconvénients dommageables »

La ferme expérimentale indique par ailleurs que l’utilisation de l’appareil présente des « inconvénients dommageables » au confort et à la sécurité du trayeur. Elle cite notamment :
- l’augmentation de la charge mentale du fait de la vigilance qu’impose cet équipement dans les déplacements et les contacts avec les vaches mais aussi du fait de l’effort demandé pour maîtriser les gestes lors de son utilisation.  « Il a modifié mon état d’esprit par rapport à la traite avec une impression de traite plus longue. Il captait toute notre attention tout au long de la traite donc ajoute une fatigue morale à la charge de travail », ont indiqué les salariés;
- l’augmentation des contraintes en rotations de la colonne vertébrale. « C’est le port sur le dos (comme un sac à dos) qui gêne à la longue. Au bout d’une heure, on a envie de le repositionner ou de faire une pause comme on le ferait pour un sac, mais il est fixe »;
- l’augmentation des contraintes liées à l’envergure de l’exosquelette lors des déplacements dans la fosse et les passages d’hommes;
- la modification possible des réflexes en cas de risque lié aux animaux (coup de pattes par exemple);
 -les difficultés à réaliser les tâches annexes d’alimentation des veaux, de séparation du lait impropre à la consommation et de récupérations d’objets au sol;
- dans certains cas, une apparition de signes faisant craindre une compression nerveuse au niveau du bras.
 
 « C’est un appareil fait pour réaliser et soulager un seul mouvement, il ne correspond pas à tous les gestes de la traite », ont indiqué les salariés de la ferme expérimentale, laquelle conclut que l’exosquelette « n’est pas adapté pour la traite » et « ne remplace pas une bonne installation de traite ! » Elle souligne : « Lever les freins à l’utilisation par le ciblage d’espaces de travail favorables, et adapter l’exosquelette à la traite par l’équipementier seront deux préalables à la poursuite de l’expérimentation. »
 
 
Lire aussi :
- La Blanche Maison teste l'exosquelette lors de la traite
 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.