La référence technique au service des éleveurs

prim’holstein

Projet Prolific

Un gène du tissu adipeux en cause dans l’infertilité des vaches laitières

Dans le cadre du projet européen Prolific, des scientifiques ont identifié un gène du tissu adipeux qui pourrait être impliqué dans la baisse de fertilité des vaches laitières ayant les meilleures productions de lait, comme les prim’holstein. © N. Chemineau/Pixel Image

La vache laitière, dont la capacité d’ingestion après le vêlage est insuffisante pour couvrir les besoins énergétiques de début de lactation, doit puiser dans ses réserves corporelles, principalement son tissu adipeux. Or, chez les vaches laitières qui présentent les meilleures productions de lait, la balance énergétique négative a une forte incidence sur leur capacité à se reproduire

Holstein-Monbéliarde

Choisir sa race pour réduire ses coûts

À l'échelle de l'exploitation, le meilleur niveau de produits, associé à des charges opérationnelles maîtrisées, permettent aux élevages en montbéliarde de générer plus de ressources financières ( EBE).

Après avoir comparé la montbéliarde et la prim’holstein sous leurs aspects biologiques dans notre premier article, l’heure est venue de comparer le coût de production de ces deux troupeaux. 

Performances biologiques

La montbéliarde devance la holstein

D'un point de vue biologique, la montbéliarde offre de meilleures performances.

Souvent comparées, les prim’holstein et les montbéliardes disposent de critères de productivité à la fois similaires et différents. De ce fait, les coûts de production varient d’un système à un autre.

Prim’Holstein France

eCow, pour un classement économique des vaches

eCow était en démonstration sur le stand de Prim’Holstein France lors du Space où chaque éleveur adhérent pouvait tester le logiciel et repartir avec le classement économique des vaches de son troupeau. Photo : D. Bodiou/Pixel image

Lors du Space 2017, Prim’Holstein France a lancé le logiciel eCow, une solution de classement économique des vaches laitières, révélant la rentabilité des animaux au sein des élevages.

Accouplements

Le croisement bovin laitier reste très minoritaire

Le croisement bovin laitier se développe, mais reste très minoritaire. Pour les IA premières (premier choix de l’éleveur), seulement 0,6% sont en croisement avec une autre race laitière. 86,7% sont en race pure prim’holstein. Photo : CNIEL

Le croisement laitier consiste à accoupler des femelles d'une race laitière ou des femelles croisées de type laitier à des taureaux d'une autre race laitière pour produire des femelles qui seront élevées dans le troupeau pour la production et la reproduction.