La référence technique au service des éleveurs

Bretagne

1re unité de microméthanisation en lisier de bovin

L’unité de micro-méthanisation de l’EARL de Fromentoriaux (56) produit chaque année près de 700 000 kWh d’énergie sous forme d’électricité et de chaleur. Photo : Triskalia

Le 6 juillet dernier, Josiane et Fabrice Sablé, de l’EARL de Fromentoriaux (Guilliers, Morbihan) ont ouvert au public leur unité de micro-méthanisation fonctionnant uniquement à base de lisier bovin, mise en service en décembre 2017. Adapté à la taille de leur troupeau de 120 vaches laitières, le méthaniseur produit chaque année près de 700 000 kWh d’énergie sous forme d’électricité et de chaleur, soit l’équivalent de la consommation annuelle de plus de 40 foyers.
 

L’unité de l’EARL de Fromentoriaux est la première installation de ce type en Bretagne. « Ce projet permet aux éleveurs de répondre à une contrainte journalière de gestion et de stockage des effluents. Grâce au fonctionnement automatique de la méthanisation (pompage du lisier), ils peuvent gagner du temps au quotidien. De plus, la méthanisation permet de mieux valoriser l’azote organique car ce procédé augmente la part d’azote rapidement assimilable par les plantes. Enfin, la production et la vente d’une énergie locale apporte un complément de revenu, sans recourir à des cultures énergétiques », indique la coopérative Triskalia qui a accompagné les éleveurs dans leur projet.

 
400 000 euros d’investissement

L’investissement total, de près de 400 000 €, englobe les modifications de la stabulation, le procédé de méthanisation, une unité de séchage à plat et une géomembrane couverte pour le stockage du digestat. Le projet a été subventionné à hauteur de 120 000 € (Ademe, Région Bretagne, plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles). Le temps de retour sur investissement est estimé à 8 ans.

Le process de méthanisation a été installé par la société Biolectric.

En plus du digestat, épandu sur les cultures comme fertilisant organique, le méthaniseur produit de l’électricité, revendue à EDF, et de la chaleur, utilisée pour sécher la luzerne (jusqu’à 200 kg par jour).
La méthanisation permet également de diminuer les gaz à effet de serre produits par l’exploitation (92 tonnes équivalents CO2), soit les rejets d’un tracteur en fonctionnement pendant 1 135 heures.
 
 

60 unités de méthanisation agricole en Bretagne

Le parc breton de méthaniseurs agricoles compte actuellement près de 60 unités en fonctionnement, dont les typologies sont variées. Si les effluents d’élevage représentent, en tonnage, la part principale de l’approvisionnement de ces unités, les substrats végétaux et les déchets agroalimentaires constituent généralement un complément permettant d’augmenter la puissance des installations.
Dépassant dorénavant les 200 kW, la puissance électrique moyenne des unités agricoles bretonnes (individuelles ou collectives) évolue à la hausse, avec l'agrandissement progressif des unités “pionnières”. En parallèle, de plus en plus de projets s’orientent vers l’injection réseau, si le réseau gaz est suffisamment proche.

Lire aussi :
Méthanisation à la ferme : la priorité, ce sont les vaches !
La méthanisation à la ferme en détail

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.