La référence technique au service des éleveurs

Filière laitière

Le colostrum acheté entre 2,50 et 4 €/litre

De gauche à droite : P. Poixblanc (Sodiaal), T. Hulmer (Littoral Normand), S. Capron (Prosperité Fermière Ingredia), J. Delmotte (Yseo), F. Denorme (éleveur) et C. Levavasseur (MLC). CP : DR

Le groupe laitier Prospérité Fermière Ingredia est le seul à transformer le colostrum en France. Depuis le 15 janvier, il élargit sa collecte à l’ensemble de la Normandie. L’objectif ? Viser un complément de revnu. 
 
Prospérité Fermière Ingredia collecte depuis plus de quinze ans l’excédent de colostrum de ses adhérents dans les Hauts-de-France. En 2019, le groupe a collecté 300 000 litres chez plus de 500 éleveurs. 

« Nous élargissons notre périmètre de collecte du colostrum à tous les élevages de bovins laitiers de Normandie », annonce Serge Capron, président de la coopérative laitière Prospérité Fermière.

Dans cette région, le colostrum n’était jusqu’à maintenant pas récupéré. Le groupe laitier vise une collecte supplémentaire d’environ 76 000 litres d’ici fin 2020, toutes filières confondues. 
La grille de prix est commune à tous les producteurs avec une variation selon la qualité du colostrum. Il s’élève en moyenne à 2,50 €/litre, avec un maximum de 4€/litre pour les excellentes catégories. Pour résumer, avec de bonnes qualités, le colostrum apporte, en moyenne, 19 € de revenu complémentaire par vache et par an. 
 

« Nous nous sommes entourés de partenaires techniques et laitiers reconnus, connaissant parfaitement la région et ses caractéristiques laitières : Sodiaal et Yseo pour la Haute-Normandie, ainsi que Les Maitres Laitiers du Cotentin et Littoral Normand pour la Basse-Normandie », explique Serge Capron. 

Concernant l'organisation, les coopératives partenaires ont un rôle d’information de leurs adhérents sur cette nouvelle démarche de diversification, tandis que les partenaires techniques vont apporter un conseil aux éleveurs sur l’amélioration de la qualité du colostrum. 

La collecte de colostrum a débuté le 15 janvier en Haute-Normandie. À l’inverse, en Basse-Normandie, elle a débuté en novembre 2019, et 250 éleveurs se sont déjà engagés. La logistique a été déterminée avec les partenaires locaux afin de faciliter la collecte des éleveurs.

« Grâce à la création de valeur ajoutée à partir du colostrum, cette démarche de diversification bénéficie à tout l’écosystème laitier », explique Serge Capron. 

Ce colostrum est transformé́ dans l’usine d’Ingredia et est valorisé en ingrédients laitiers riches en bioactifs. Ils sont commercialisés dans le monde entier et incorporés dans des compléments alimentaires, des aliments fonctionnels, des cosmétiques et en alimentation animale. La qualité du colostrum initial est donc primordiale. 
À noter que les éleveurs normands souhaitant s’engager dans la démarche peuvent contacter le service de colostrum à Saint-Pol-sur-Ternoise au 03 21 47 46 00 (touche 7) ou colostrum@ingredia.com. Tous les éleveurs peuvent contractualiser un engagement de livraison de colostrum avec Ingredia (sans obligation de volumes et de durée). 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site