La référence technique au service des éleveurs

Viande bovine

Toujours les mêmes contradictions

Grand Angle viande organisé à Paris le 7 novembre 2017 a relevé les contradictions que subit la filière viande en matière d'objectifs commerciaux. Lors du Grand Angle viande à Paris le 7 novembre, l’Institut de l’élevage a rappelé les enjeux et les compromis à réaliser. Il semblerait que l’on a atteint des limites en alourdissement des vaches et des jeunes bovins. Ce qui ne peut que satisfaire une partie de l’aval de la filière. Photo : DR

Le 7 novembre 2017, Grand Angle Viande organisé par l’Institut technique de l’élevage à Paris a souligné d’emblée les paradoxes que vit encore  la filière viande bovine.
D’un côté, la consommation de bœuf s’érode en France, moins 5 % en dix ans.
De l’autre, la demande de  broutards à l’international est très dynamique. Cette situation entraîne des compromis qui ne sont pas toujours facile à contrôler par les éleveurs et la filière. L’érosion de la consommation française, assez faible, cache une baisse par habitant significative, la population étant en augmentation. Le cours des vaches à viande dépend en partie de celui des vaches laitières.
Philippe Chotteau de l’Institut de l’élevage qui présentait ces chiffres aux participants de Grand angle prévient :

Il va rester volatil. Et le nombre de vaches laitières ne devrait pas baisser.

L’abattage de vaches laitières a ainsi fortement augmenté en 2016 avec la fin des quotas pour diminué de 4 % sur les 9 premiers mois de 2017. Dans le même temps, celui des vaches à viande est resté assez stable en 2016 pour rebondir cette année (+ 4 %). Par ailleurs, on a assisté durant dix ans à un alourdissement des carcasses de vaches de réforme allaitantes (3,5 kg/an en moyenne). Alors que l’objectif est de faire diminuer leur poids pour correspondre aux exigences commerciales. Mais dans le même temps,  cet alourdissement des vaches était nécessaire pour produire de bons broutards et jeunes bovins. Or, il semblerait que des limites aient été atteintes. Les Italiens par exemple qui sont les premiers importateurs de broutards français commencent à émettre quelques critiques à ce sujet. La filière semble à l’écoute puisqu’en 2016, l’institut de l’élevage constate une rupture dans l’alourdissement des vaches à viande. Le poids moyen est passé à 415 kg au printemps 2017 alors qu’en 2016, il était à 425 kg.
 
 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site