La référence technique au service des éleveurs

Santé des jeunes bovins

Une meilleure logistique pour réduire les troubles respiratoires des broutards

Les troubles respiratoires des broutards sont favorisés par des lots d'origine hétérogènes.

L'Institut de l'élevage et l'Oniris-Inra constatent que les troubles respiratoires des broutards sont favorisés par les lots d'origine hétérogène dans les ateliers d'engraiseement. Des pistes vont être testées pour diminuer les risques.

Oniris a effectué des suivis auprès de 105 lots de jeunes bovins. Les résultats montrent que 78 % de leurs troubles de santé en début de d'engraissement proviennent de maladies respiratoires. La maladie se déclare dans les trois semaines suivant l'arrivée des animaux dans l'atelier. Toujours selon l'enquête, même les individus "sains" dans un lot malade sont affectés au niveau de la croissance.

Nathalie Bareille, de l'Oniris en déduit "que les sujets malades ne sont pas forcément détectables par l'éleveur. En revanche, la détection automatique permet d'en déceler trois fois plus que l'éleveur".

Pour lutter contre cette pathologie, la vaccination peut être envisagée. Toutefois, l'enquête révèle que les engraisseurs ne demandent pratiquement jamais de broutards vaccinés, c'est pourtant un moyen efficace mais "difficile à mettre en oeuvre" pour lutter contre les maladies respiratoires. 

Retrouver l'ensemble des résultats de cette enquête dans Cultivar Élevage de novembre-décembre. 

 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.