La référence technique au service des éleveurs

Production laitière

Améliorer l'efficacité protéique de la ration

Les tourteaux de graines de tournesol sont plutôt riches en méthionine et en lysine.

Les vaches ne valorisent pas bien l'azote : sur 3300 g de protéines ingérées, seuls 990 g se retrouvent dans le lait. Pour augmenter la production de protéines laitières,  la stratégie actuelle consiste à augmenter l'apport de protéines totales. Or, la protéine coûte toujours plus cher. 
Par ailleurs, pour produire de la protéine laitière, la mamelle n'utilise pas de protéines, mais des acides aminés, constituants de base des protéines.

Et si, plutôt que d'apporter des protéines, on rééquilibrait les acides aminés digestibles? La démarche, en place depuis de nombreuses années en Norvège, commence à faire son apparition en France.

Les besoins en acides aminés ont été déterminés par différents travaux de l'Inra. En 2009, l'institut a mis en évidence l'impact du rapport entre les deux acides aminés les plus limitants, à savoir la méthionine et la lysine, sur l'efficacité métabolique.
Le ratio méthionine/lysine idéal pour une utilisation optimale de l'azote est de 1 pour 3, alors que le ratio, dans les rations françaises des vaches laitières, est de 1 pour 4. Les rations sont donc déficitaires en méthionine.

Comme l'explique Emmanuel Lepage, du Clasel, différentes solutions existent pour rééquilibrer les acides aminés :

L'éleveur peut raisonner le choix des matières premières, certaines étant plus riches en lysine, d'autres en methionine. Il n'y a cependant pas beaucoup de matières premières s'approchant de l'optimum, alors, pour rééquilibrer la ration, des acides aminés rumino-protégés peuvent être apportés aux vaches laitières.

En raisonnant les apports d'acides aminés digestibles, les vaches ont besoin de moins de matière azotée totale pour produire autant de lait.

+7% d'efficacité protéique

Inzo développe depuis 2012 une démarche de formulation des aliments azotés qui permet d'améliorer l'utilisation de l'azote fourni aux vaches laitières. Elle repose sur la couverture optimale des besoins en protéine digestible, la fourniture optimale de l'azote ruminal et l'ajustement du profil en acides aminés digestibles. Les acides aminés sont apportés sous forme de MetaSmart, une méthionine biodisponible absorbée par la paroi du rumen. 
 

Les suivis que nous avons réalisés dans 44 élevages répartis sur toute la France montrent une baisse moyenne de 3,4 points de la matière azotée totale, une augmentation de la production laitière d'un litre par jour avec des taux butyreux et des taux protéiques équivalents. Et l'efficacité protéique a été améliorée de 7%, tout en réduisant le coût de l'aliment, souligne Erik Sulmont d'Inzo.

Lorial, fabricant d'aliment du bétail implanté en Lorraine, a introduit, il y a deux ans en Alsace et un an en Lorraine, le concept d'apport d'acides aminés digestibles.

L'accueil a été plutôt favorable. Les éleveurs qui ont testé la technique se montrent satisfaits. L'apport d'acides aminés digestibles commence à entrer dans les moeurs, souligne Lurant Thiaucourt, directeur de Lorial.

Que pensez-vous de cette nouvelle pratique? Seriez-vous prêt à introduire de la méthionine digestible dans la ration de vos vaches laitières?

Pour aller plus loin :
La démarche PROTeAM, développée par Inzo
Acides aminés digestibles dans l'intestin: le système AADI et les recommandations d'apport pour la vache laitière.
 

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site