La référence technique au service des éleveurs

Environnement

L'alimentation, un levier durable de réduction du méthane entérique

Publié le 08/01/2021 par Hélène Flamant
"Il est possible d'atteindre un faible niveau d'émissions de CH4 avec une ration à base d'ensilage de maïs", assure Julien Jurquet, de l'Idele. ©Countrypixel/AdobeStock

Le régime alimentaire des vaches laitières a un effet durable sur les émissions de méthane (CH4) entérique. C'est la principale conclusion d'une étude menée à la ferme expérimentale des Trinottières.

"En France, 17,4 % des GES sont d'origine agricole. L'élevage bovin en est le principal contributeur (60,4 %) et le méthane issu des fermentations entériques des ruminants représente à lui seul la moitié des GES émis par les élevages laitiers", rappelait Julien Jurquet à l'occasion des dernières Journées 3R.

Onze acteurs de la filière production animale se sont associés à l'Inrae dans le but de quantifier, comprendre et prédire la méthanogenèse des bovins. C'est dans ce cadre qu'a été mise en place une expérimentation sur la ferme expérimentale des Trinottières. L'objectif ? Quantifier, au cours des six premiers mois de lactation, l'effet de trois régimes sur les performances zootechniques et les émissions entériques de CH4.

L'essai a été conduit de septembre 2017 à mai 2018 sur 45 vaches laitières réparties en trois lots.

Les rations à base d'ensilage de maïs compatibles avec un faible niveau de CH4

Les résultats montrent que le régime alimentaire des vaches laitières a un effet durable sur les émissions de CH4 entérique. Il confirme que les régimes riches en amidon et/ou en lipides réduisent les émissions de CH4/kg de lait et de CH4/kg MSI (matière sèche ingérée) alors qu'une ration riche en fibres les augmentent.

"Il a aussi été montré qu'il est possible d'atteindre un faible niveau d'émissions de CH4 avec une ration à base d'ensilage de maïs, comme pratiquées sur le terrain, bien valorisée", ajoute Julien Jurquet.

En conclusion il est toutefois rappelé que les vaches laitières ne représentent en moyenne que la moitié de l'effectif d'un troupeau.

"La conduite du troupeau joue un rôle tout aussi important qu'il ne faut pas oublier. Pour être efficaces, les leviers testés dans cet essai doivent se combiner à des stratégies d'élevage limitant les effectifs du troupeau (vêlage précoce), et favorisant la longévité des vaches laitières."

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site