La référence technique au service des éleveurs

Mise à l'herbe

[Témoignage] « Exploiter au mieux la croissance de l’herbe au printemps »

« Exploiter au mieux la croissance de l’herbe au printemps ». ©Vincent Hesry

Éleveur laitier, Vincent Hesry effectue la mise à l’herbe de ses vaches vers le 10 mars, en règle générale. Lors de cette étape clé pour les animaux, il réalise une transition alimentaire très progressive et n’hésite pas à ajuster sa conduite en fonction des spécificités de l’année. 

À Merdrignac, dans les Côtes-d’Armor, Vincent Hesry est installé en Gaec avec son épouse sur une exploitation de 150 ha, où il mène un troupeau de 110 vaches laitières et 80 génisses prim’holstein. Dans cette structure, passée en bio en décembre 2019, l’herbe est à la base du régime alimentaire du troupeau quasiment tout au long de l’année. 

Le pâturage une grande partie de l'année

De début mars à mi-novembre, le pâturage constitue le régime principal des vaches laitières, rendu possible par les 40 ha de surface accessible. Aussi, à l’heure de la mise à l’herbe, l’éleveur veille à bien préparer ce moment clé dans la conduite du troupeau. 

« Avant de démarrer la saison de pâturage, je commence par préparer les pâtures : dès l’automne, je veille à faire pâturer ras afin de laisser un faible résiduel. J’apporte aussi une fertilisation, 15 tonnes de fumier sur les parcelles de fauche et à flore dégradée », explique Vincent Hesry dont les prairies sont composées de RGA, trèfle blanc et fétuque des prés.

L’éleveur, qui a opté pour le pâturage tournant dynamique avec fil avant, change les animaux de paddock toutes les 24 heures ou 72 heures, selon leur taille (1,20 ha ou 1,60 ha). Le temps de retour entre deux pâtures est de 21 à 30 jours en fonction de la biomasse présente dans des parcelles. 

Une mise à l’herbe au 10 mars 

En règle générale, Vincent Hesry effectue la sortie de ses vaches autour du 10 mars.

« La mise à l’herbe à cette date permet d’exploiter au mieux la croissance de l’herbe au printemps. Mon objectif prioritaire est, dans tous les cas, de ne pas me laisser déborder lors de l’explosion de la pousse. Dans notre région, 50 % de la pousse de l’herbe se fait entre mi-avril et mi-juin », indique l’éleveur.

Il voit aussi dans un bon déprimage un moyen de « nettoyer » les repousses de l’hiver et de favoriser le tallage, pour obtenir une herbe de qualité. 

Retrouvez l'article complet dans le numéro de mars de Cultivar Élevage : 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site