La référence technique au service des éleveurs

Production laitière

Avec la fin des quotas, faut-il produire plus ou arrêter le lait?

Arrêter la production laitière c'est s'exposer à une baisse de l'EBE de l'ordre de 30 à 50%.

Produire plus de lait? Arrêter la production laitière? La fin prochaine des quotas interroge les éleveurs. Alors qu'arrêter la production laitière apparaît comme un choix difficilement gagnant, augmenter la production laitière peut être envisagé en actionnant les bons leviers pour optimiser le revenu.

Face aux interrogations des éleveurs devant la fin des quotas, les chambres d'agriculture du Grand Est ont étudié différentes stratégies pour les exploitations en zone de polyculture élevage.

Les résultats de cette étude prospective ont été présenté le 30 octobre 2013 à Montier-en-Der (Haute-Marne), lors d'une journée interrégionale sur l'après-quota laitier organisée par les chambres d'agriculture de Champagne-Ardenne et de Lorraine, et l'Institut de l'Élevage.

Produire plus de lait: actionner les bons leviers

Trois stratégies pour produire plus de lait ont été étudiées, toutes trois transposables dans les systèmes laitiers représentatifs de la zone Grand Est:

- développer l'atelier lait à partir de places disponibles: une stratégie qui peut permettre de produire 20% de lait en plus. L'impact sur le revenu est positif mais variable selon que l'on soit en système élevage (+110 à +140 euros/1 000 litres supplémentaires) ou en système polyculture élevage (+60 à +100 euros/1 000 litres suppl.);

- intensifier la production laitière par la voie fourrage: cette stratégie peut également permettre d'augmenter la production laitière de 20%. Les retombées sur le revenu varient de +140 à +150 euros/1 000 litres supplémentaires;

- intensifier la production laitière par la voie concentré: l'efficacité du concentré est limité, l'augmentation de la production est inférieure à 10%. Pour une utilisation modérée de concentrés (200 g/l de lait), le revenu augmente de +110 à +140 euros/1 000 litres suppl. Pour une utilisation plus intensive (plus de 200 g/l de lait), l'impact est plus limité. Il est au maximum de +50 euros/1 000 litres suppl. 

D'après Rémi Georgel, conseiller élevage à la chambre d'agriculture des Vosges :

Face à des opportunités de production supplémentaires, il est important de s'appuyer d'abord sur les capacités productives de l'exploitation. La valorisation des places disponibles apparaît comme la meilleure option.

L'intensification du système fourrager est un levier pertinent, à condition de continuer à bien valoriser les surfaces en herbe.
Le levier concentré a, lui, une efficacité technique et économique limité. Le rapport prix du lait/prix du concentré est  déterminant pour l'intérêt économique de ce levier.

Lorsque les leviers sur l'existant ont tous été activés, investir en aménageant l'existant ou en construisant un nouveau bâtiment peut permettre de  développer la production laitière.

Arrêter la production laitière, un choix difficilement gagnant

Nombreux sont les éleveurs à se poser la question de continuer le lait ou non. Pour ces producteurs, la seconde partie de l'étude montre qu'arrêter le lait n'est pas la meilleure solution.

Les trois orientations possibles après l'arrêt du lait ont été envisagées: l'élevage de vaches allaitantes en complément des cultures, la conversion à un système 100% cultures, et l'engraissement de taurillons en complément des cultures.

Les simulations montrent une baisse de 30 à 50% de l'excédent brut d'exploitation suivant l'orientation prise après la cessation laitière, même en conjoncture favorable pour les céréales et défavorable pour le lait. L'arrêt du lait entraîne toujours une baisse de revenu et d'emploi. La production laitière reste donc une valeur sûre économiquement.

Pour maintenir l'attrait pour la production laitière, nous devons aujourd'hui proposer des solutions pour améliorer le travail en élevage laitier, souligne Rémi Georgel.

Vous êtes éleveur laitier: a priori, quelle option allez-vous choisir après 2015?

Aller plus loin :
► Journée interrégionale sur l'après-quota laitier, Montier-en-Der (52), 30 octobre 2013
Fin des quotas dans les systèmes laitiers de l'Est de la France
Se préparer à l'après-quota

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.