La référence technique au service des éleveurs

FNCL

Les 4 vœux des coopératives laitières

La fin des quotas pourrait conduire à un abandon de la production laitière dans certaines zones difficiles. Photo M. Ballan/Pixel Image

La Fédération nationale des coopératives laitières (FNCL) a présenté quatre demandes visant à améliorer la compétitivité et la pérennité de l’activité des coopératives laitières, à l'occasion d'une rencontre avec les députés le 18 novembre. Elle a rappelé que la coopération laitière représente 3 exploitations laitières sur 5 en France, soit 42000 associés coopérateurs, y compris sur les zones difficiles, pour 56% du lait collecté et 45% du lait transformé.

La première demande vise à soutenir, au niveau européen, le relèvement exceptionnel et temporaire des seuils d’intervention sur le beurre et la poudre, afin d’endiguer la baisse des prix, accentuée par l’embargo russe depuis cet été. Pour aider à mieux gérer la volatilité sur le long terme, la FNCL souhaite aller plus loin et soutient la création d’un système assurantiel visant à préserver la marge du producteur en cas de crise.

 La deuxième demande, au niveau national, concerne les relations avec la grande distribution afin que cesse la guerre des prix entre les enseignes, menée au détriment de leurs fournisseurs et, in fine, des consommateurs. La FNCL soutient le projet gouvernemental de Comité de suivi annoncé le 23 octobre dernier lors de la table ronde sur les relations commerciales dans les filières alimentaires.

 La troisième demande concerne le projet de loi de santé publique traitant de l’étiquetage nutritionnel, et le risque de stigmatisation de certains produits du terroir qui, selon les critères stricto sensu du PNNS (Programme national nutrition santé), pourraient être montrés du doigt comme de mauvais produits. En phase avec l’ANIA, la FNCL est favorable à une bonne information du consommateur et à une amélioration des étiquetages. Elle demande que l’examen du projet de loi soit mené avec vigilance, afin de ne pas pénaliser les produits du terroir, porteurs de valeur pour l’économie et l’emploi sur les territoires.

 La quatrième demande concerne l’aide à la collecte dans les zones difficiles au regard de la fin programmée des quotas au 31 mars 2015. Ce changement pourrait conduire à un abandon de la production laitière dans certaines zones de France, et/ou la fermeture de centres de collecte et d’usines de transformation. Or la production et la transformation laitières sont génératrices d’activité économique et d’emplois. Il est donc indispensable de sécuriser ces zones de collecte par l’introduction d’une aide spécifique aux zones difficiles : aide à la collecte versée à l’entreprise, ou aide à l’acheminement versée aux producteurs.
 
Selon Dominique Chargé, président de la FNCL :

Nous sommes à un moment charnière de l’histoire de la filière laitière avec la sortie des quotas. Cette évolution est avant tout une opportunité pour la coopération laitière, avec les perspectives de croissance notamment à l’international. Nos quatre demandes visent à assurer la pérennité et le développement de l’activité des coopératives sur les territoires, en nous permettant de nous armer pour être toujours plus compétitifs même en cas de volatilité des marchés et de la demande.

Lire aussi :
Création d'un label "Relations fournisseurs responsables" suite à la table ronde du 23 octobre
Le marché mondial du lait à la portée des coop
Un film pour expliquer les spécificités des coop

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.