La référence technique au service des éleveurs

CAP'2ER

Diagnostiquer pour améliorer son empreinte carbone

Publié le 26/01/2021 par Hélène Flamant dans
« Faire évoluer positivement le bilan carbone oui, mais pas au détriment de la santé animale ou de l’économie », pour Guillaume Palin. ©H.Flamant/Terroir Est

Installé en 2011 au cœur de la Meuse, Guillaume Palin s’est laissé le temps de la réflexion avant de convertir son exploitation au bio. Une conversion effective depuis mai 2020. Toujours dans l’optique de faire évoluer positivement son système, il a récemment réalisé un diagnostic CAP’2ER.

« La conversion au bio, c’est une réflexion qui avait été menée il y a 20 ans sur l’exploitation mais qui n’avait pas abouti », confie Guillaume Palin. L’éleveur s’est installé aux côtés de son oncle en 2011, sur une surface de 186 ha et un troupeau de 45 vaches laitières prim’holstein. Son oncle est en retraite depuis le 30 novembre 2020. Il est désormais aidé, au quotidien, par deux salariés, un à temps plein et un à mi-temps.
Passer au bio, Guillaume y pense à son installation. « Mais je me suis donné le temps de la réflexion. » L’exploitation est finalement convertie à l’agriculture bio en mai 2020.

1,31 kg eq CO2/litre de lait

« L’agriculture bio est un point de départ, mais pas une fin. Je n’étais pas persuadé que l’agriculture bio soit gage de performance sur le plan carbone. Faire le diagnostic CAP’2ER me semblait important », confie l’éleveur. Fin novembre, Nadège Godfroy, consultante agroenvironnement à Seenorest (alliance Optival – Oxygen), a réalisé le diagnostic sur l’exploitation de Guillaume. « Son exploitation a une empreinte carbone de 1,31 kg eq CO2/litre de lait. Et l’atelier laitier entretient 2,3 eq ha de biodiversité par ha de SAU laitière », résume Nadège Godfroy.

« Il y a cinq ans, les résultats du diagnostic auraient été plus élevés », pointe Guillaume. L’introduction de prairies temporaires a déjà permis d’améliorer le bilan environnemental. L’autonomie de la ferme s’est en outre améliorée.

Retrouvez l'article en intégralité dans le numéro n°731 de Cultivar Élevage de janvier 2021.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site