La référence technique au service des éleveurs

Enrubannage

Le liage par film, quelles différences avec le liage par filet ?

Publié le 02/11/2020 par Claire LAMY GRANDIDIER
Le liage par film, quelles différences avec le liage par filet ? ©N.Chemineau/Pixel6TM

À mi-chemin entre l’ensilage et le foin, l’enrubannage est un mode de conservation fréquemment utilisé. Aujourd’hui, des questions se posent sur le liage de la balle, et notamment celle du liage par film plastique. Cette méthode consiste à remplacer le filet utilisé pour le liage par plusieurs couches de film polyéthylène sur la face arrondie de la balle. 
Cette méthode permet-elle de réduire le nombre de couches de film d’enrubannage ? Impacte-t-elle la qualité de conservation du fourrage ? Pour répondre à ces questions, Arvalis a mis en place deux essais au printemps 2019. 

Fourrage agressif et fourrage tendre

Pour ces essais, Arvalis a mis en place deux types de fourrages présentant des risques d’abrasion du film plastique très différent. D’un côté, un « fourrage tendre » constitué de repousses feuillues de ray-grass anglais moyennement préfanées à 53 % de matière sèche. De l’autre, un « fourrage agressif » composé de repousses de ray-grass d’Italie au stade fin épiaison, fortement préfanées à 71 % de matière sèche. 

Densité de balles plus élevées avec le film

Pour chaque méthode de liage, 3,5 tours de film ou 2,2 tours de filet, quatre ou six couches de film plastique d’enrubannage ont été appliquées. Le poids moyen des balles était de 316 kg de MS pour le fourrage agressif et de 390 kg de MS pour le fourrage tendre. 
Premier constat observé, le liage par film permet d’obtenir des densités de balles plus élevées qu’avec le filet.
Selon le type de fourrage, l’enjeu est compris entre + 12 et + 16 kg MS/m3. Pour le fourrage tendre, l’application de six couches de film d’enrubannage au lieu de quatre a faiblement accru la densité de 6 à 8 kg MS/m3. Pour le fourrage agressif, la densité reste la même entre les quatre ou les six couches de film. 


Densité des balles selon le mode de liage et le nombre de couches de film d’enrubannage. ©Arvalis

Les différences de densité s’expliquent par une meilleure contention mécanique avec le liage par film ainsi que pas le nombre de couches de film d’enrubannage. En revanche, le liage par film induit une consommation de plastique très supérieur entre 470 et 488 g contre 91 à 99 g avec le filet. 

Fourrage tendre : le liage par film diminue les pertes totales

Concernant les pertes fermentaires, celles constatées durant les essais sont conformes à celles relevées sur ces types de fourrage et pour ces teneurs en matière sèche. Par ailleurs, les pertes par fourrage moisi n’ont pu faire l’objet d’analyse statistique classique du fait des faibles valeurs relevées et de la faible variabilité de ce critère. 
 
Dans le cas du fourrage tendre, en moyenne, quel que soit le nombre de couches d’enrubannage, le liage par film a diminué les pertes totales de 0,7 point (6,6 % de la matière sèche contre 7,3 % pour le liage par filet), soit l’équivalent de 2,7 kg de matière sèche par balle. Le filmage en six couches, tous modes de liage confondus abaisse les pertes totales de 0,7 point aussi (6,6 % MS contre 7,3 pour quatre couches), soit l’équivalent de 2,7 kg MS/balle. 
 


 Pertes fermentaires et pertes totales en pourcentage de la matière sèche initiale, selon le mode de liage et le nombre de couches de film d’enrubannage. ©Arvalis 

 

Fourrage agressif : pas d'effet du liage sur les pertes fermentaires

Pour le fourrage agressif, les pertes fermentaires sont plus faibles que pour le fourrage tendre. En effet, sur ce type de fourrage, la méthode de liage n’a pas eu d’effet sur les pertes fermentaires. En revanche, le nombre de couches de film d’enrubannage s’est à nouveau avéré significatif. En moyenne, tous modes de liages confondus, l’application de six couches permet d’abaisser les pertes totales de 0,9 point (4,1 contre 5 % pour 4 couches), soit l’équivalent de 2,8 kg MS/balle. 
 
Le surcoût de la technique de liage par film est estimé entre 0,9 et 1 € par balle par rapport au filet. L’application de six couches de film à l’enrubannage au lieu de quatre génère, quant à elle, un surcoût de 0,59 € par couche supplémentaire. 

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site