La référence technique au service des éleveurs

La Coopération agricole laitière

Négociations commerciales : des avancées mais des efforts à poursuivre

"Si les négociations sur les produits de marques se sont clôturées cette année sur une note encourageante, du chemin reste à parcourir", estime la Coopération agricole laitière. ©LVDESIGN/AdobeStock

La fin des négociations commerciales sur les produits de marques a sonné et le bilan est loin du cap fixé par les EGA. "Si la situation semble moins problématique dans la filière laitière qu’elle ne l’est dans d’autres filières, elle n’en reste pas moins difficile et tous les enjeux se portent maintenant sur les marques de distributeurs (MDD)", souligne la Coopération agricole laitière dans un communiqué du 11 mars.

"50% du chemin a été parcouru par rapport aux objectifs fixés par les EGA. Si les négociations sur les produits de marques se sont clôturées cette année sur une note encourageante, du chemin reste à parcourir. La prise en compte de nos enjeux doit nécessairement pouvoir influencer positivement les négociations à venir. La marge de progression reste grande au regard des indicateurs qui sont aujourd’hui pris en compte dans les discussions avec la grande distribution."

La Coopération agricole laitière dresse le bilan des négociations commerciales de ce début d'année :
- la hausse des prix des matières premières a été prise en compte dans une négociation sur deux ;
- dans seulement un tiers des cas, la question de la rémunération des producteurs est abordée lors des négociations entre les coopératives laitières et la grande distribution alors même que les indicateurs EGAlim sont mentionnés par les coopératives laitières dans leurs conditions générales de vente ;
- la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) n’est évoquée qu'une fois sur dix lors des négociations. Un critère pourtant placé en 2018 au cœur des débats des EGA pour engager tous les acteurs de la filière et dans lequel les coopératives laitières ont investi en R&D, en innovations et en créations d’emplois.

« Depuis la promulgation de la loi EGAlim, nous défendons la nécessaire responsabilisation de tous les maillons de la chaîne dans la création de valeur. La responsabilité des coopératives est d’être au service des producteurs et de ce fait de défendre une plus juste valorisation des produits pour leur permettre une plus juste rémunération. Cet enjeu est de premier plan et nous restons pleinement mobilisés pour l’atteindre, explique Damien Lacombe, président de la Coopération agricole laitière.

Les MDD ne doivent pas devenir la variable d’ajustement des distributeurs qui cette année, par le jeu des appels d’offres, nivellent les tarifs vers le bas. Nous avons joué le jeu en répondant aux objectifs fixés dans le cadre de la loi EGAlim (segmentation*, investissements...), mais nous constatons que la demande n’est pas au rendez-vous. Il va donc falloir aller chercher cette valeur pour compenser les coûts de production et les investissements engagés. »

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site