La référence technique au service des éleveurs

​Assemblée générale FNCL

La FNCL demande l’intervention de l’Europe

Dominique Chargé a demandé l’implication des pouvoirs publics dans la réglementation des marchés. Crédit: A. Cotens/Pixel Image

Hier, lors de la dernière assemblée générale de la Fédération nationale des coopératives laitières (FNCL), Dominique Chargé, son président, a demandé l’implication des pouvoirs publics dans la réglementation des marchés :

« Nous appelons les pouvoirs publics à intervenir au niveau européen pour que des outils de prévention et de gestion de crise soient mis en place. »

Le déséquilibre des marchés du lait dû à la diminution de l’offre à l’international et à l’augmentation de la production de certains pays européens a des impacts forts sur le prix du lait. En France, le prix du lait payé aux éleveurs a chuté de 8% entre janvier 2015 et janvier 2016. Selon la FNCL, la production de lait doit ralentir et pour cela l’Europe doit intervenir. Car en France, les opérateurs se sont déjà accordés pour limiter la production. Elle n’a augmenté que de 0,1% entre 2014 et 2015 contre +13,3% en Irlande et +6,9% aux Pays-Bas.

Une rencontre européenne le 25 mai

Le 11 avril dernier, la Commission européenne a validé la limitation temporaire de la production de lait par un soutien financier des États membres. Dominique Chargé s’en félicite mais ce ne sera pas suffisant :

 « Nous souhaitons que cette mesure soit financée par un budget européen. La commission doit restreindre la distribution des aides aux États membres qui respectent la baisse, voire la stabilisation des volumes. Les subventions ne doivent pas être décidées au niveau des États. »

Aujourd’hui, la FNCL attend beaucoup de la prochaine rencontre européenne du 25 mai prochain, qui réunira les opérateurs de la filière. Elle aura pour but d’aider à stabiliser la production laitière européenne. Même si ses effets à court terme seront limités, « elle peut avoir un effet psychologique sur les marchés », estime Dominique Chargé. Mais le président reste sûr d’une chose :

« La régulation européenne commencera par une décision franco-germanique. La production allemande est stable en 2015, comme en France. Elle s’engage, elle aussi, dans une politique de réduction de la production. »

Comme l’année dernière, la FNCL demande de faire évoluer la PAC vers un modèle de « Un Farm Bill à l’européenne » qui intègre un volet « gestion de crise » avec un système d’assurances de marges. Cette nouvelle PAC serait accompagnée d'une harmonisation fiscale au niveau européen pour « neutraliser le dumping dans certains États membres ».

À lire aussi :
Le prix du lait en retrait de 26€/1000l sur un an
Lait : consommation en hausse lente mais constante

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.