La référence technique au service des éleveurs

Maïs fourrage

Green+ : une génétique qui résiste au stress hydrique

Publié le 09/12/2020 par Claire LAMY GRANDIDIER dans
Green+ : une génétique qui résiste au stress hydrique. ©M.Lecourtier / Média et Agriculture

C’est un fait, en France, les maïs ensilage ont tendance à être récoltés trop tardivement, lorsque le taux matière sèche dépasse les 35 %. Cet indicateur, lorsqu’il est trop élevé peut engendrer des conséquences sur la conservation et la qualité de l’ensilage. Pour y remédier, Mas Seed lance une nouvelle gamme de maïs Green+ issue d’un programme de recherche basé sur le maïs fourrage. 
 

 « On constate depuis plusieurs années que l’on a tendance à récolter trop tardivement les maïs, observe Olivier Raux, référent fourrages et analyses chez Elvup.  Aujourd’hui, en moyenne sur le département de l’Orne, les maïs sont depuis 2017 récoltés entre 35 et 36 % de matière sèche (MS). Hors l’objectif est de récolter à 32-33 % de MS et de ne pas dépasser 35 %. »

Un amidon qui perd en digestibilité

Une récolte tardive présente des inconvénients. Tout d’abord, au niveau de la plante. Cette dernière sera à un stade trop avancé et par conséquent, la digestibilité de la cellulose va être impactée. Les taux de lignine seront alors plus élevés, ce qui entraînera des encombrements importants. La quantité de maïs donnée aux vaches sera plus faible ce qui entraînera une baisse de la production et de la valeur énergétique. L’amidon vitreux sera plus difficile à fragmenter et sera donc moins digestible. Par conséquent, il sera conseillé de complémenter la ration avec des céréales à paille. 

Ensuite, il faudra être vigilant face au risque mycotoxines qui augmente avec le desséchement de la plante. 

 « Les analyses réalisées par Elvup montrent qu’aujourd’hui il y a de plus en plus de mycotoxines et les impacts sur la production laitière sont importants. On peut alors assister à une baisse d’ingestion qui aura pour conséquence une baisse de la production laitière et des problèmes de fertilité, indique Olivier Raux. Dans ce cas, les impacts sont lourds et la seule solution est de diminuer la quantité de fourrage atteint par les mycotoxines. »

Trop de points de chauffe dans les silos

François Boche, chef produit maïs fourrage Europe chez Mas Seeds, est revenu sur une étude réalisée, entre 2018 et 2019, par son entreprise.

« Sur 196 silos en France, plus de la moitié ont des points de chauffe, ce qui induit des pertes de qualité. Ainsi, 45 % des éleveurs perdent plus de 1 000 €/silo pour des silos de 200 t de MS. »

Afin d’éviter ces pertes, il rappelle que pour avoir toutes les chances de récolter à la bonne date, entre 32 et 33 % de MS, en plus de prévoir et d'ajuster les chantiers de récolte, il faut anticiper en sécurisant la récolte dès les semis afin de choisir des variétés adaptées. 

Des variétés plus résistantes à la sécheresse

Pour répondre à ces problématiques, Mas Seeds a mis au point une génétique appelée Green+. 
Ces variétés se caractérisent avec une capacité d’attente au champ plus longue grâce à un feuillage qui reste vert en condition sèche et chaude. Grâce à un bon stay-green, l’évolution de plante sera plus lente. Elle apporte une flexibilité de 5 à 10 jours supplémentaire par rapport aux témoins, avant d’atteindre les 35 % de MS. 

« Nous avons mesuré, en mini silo, l’impact de Green+ sur la conservation du silo et les pertes que l’on peut avoir. En moyenne, entre la récolte et l’ouverture du silo, l’agriculteur perd 10 % de son volume récolté lié à la fermentation et à la qualité de tassage, explique François Boche. Les variétés Green+ ont un effet mécanique sur la qualité de tassement du silo par une présence plus importante de feuilles vertes. »

Un grain plus facile à éclater

Par ailleurs, la génétique contient aussi plus de sucres solubles à la récolte ce qui alimente les bactéries fermentaires et offre un meilleur démarrage du processus de fermentation et de conservation du silo. Ainsi, une meilleure conservation du silo est observée avec un gain de 3 % de matière sèche stockée.  
 
L’évolution plus lente de la MS s’applique également au grain qui sont plus faciles à éclater à la récolte. Avec une augmentation de la dégradabilité de l’amidon de 5 points, la digestibilité est meilleure et l’alimentation est plus efficace avec moins de refus dans les bouses. 

9 variétés Green+

L’offre Green+ compte de neuf variétés dont trois disponibles en agriculture biologique. Deux variétés très précoces d’indice 200 à 230, trois variétés précoces – mi-précoces avec des indices allant de 240 à 300. Quatre variétés mi-tardive – tardives viennent compléter la gamme avec des indices qui se situent entre 480 et 560. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site