La référence technique au service des éleveurs

Bovins, ovins, caprins

Ter'élevage, amont de l'avenir à l'export d'Elivia

La table ronde à l'occasion de l'AG de Ter'élevage le 20 mars a évoqué les prévisions de la FAO d'une augmentation de 14% de la consommation de viande de boeuf d'ici 2023. Photo: N. Tiers/Pixel image

Ter'élevage, union de groupements d'éleveurs bovins, ovins et caprins, ouvre en 2015 un nouveau chapitre de son histoire avec l'intégration depuis le 1er janvier du groupement des producteurs bovins de la CAM. Cela représente 35 000 bovins commercialisés supplémentaires issus des élevages de Mayenne, et devrait permettre entre autres une optimisation du transport des animaux sur cette zone. Le directeur de Ter'élevage Jacques Chauviré estime:

"C'est un projet très structurant et qui a du sens au niveau du territoire."

À l'occasion de son assemblée générale le 20 mars, Ter'élevage, leader français de la collecte de bovins, a présenté un bilan mitigé de son activité. Les résultats sont supérieurs au marché national pour les animaux de race à viande: +1,3% de vaches allaitantes commercialisées (-1,4% au niveau national) et +1,3% de JB viande (-2,8% pour le marché national).

En revanche, les résultats sont inférieurs au marché national pour les animaux issus des troupeaux laitiers: +2,3% de vaches laitières (+12% au niveau national) et -3,4% de JB laitiers (-2% au niveau national). Selon Jacques Chauviré:

"Les vaches laitières sont un sujet de déception: l'augmentation de notre part de marché sur ce segment fait partie des projets de 2015. Quant aux JB laitiers, c'est un sujet de préoccupation car nous avons du mal à maintenir les 13 000 têtes actuelles."

Le steak haché, une tendance lourde

Au total, Ter'élevage a commercialisé 127 000 bovins, ainsi que 108 000 ovins et 63 000 caprins en 2014. Son premier client est la société Elivia, filiale de Terrena, numéro 2 de la viande française. Le président de Ter'élevage, Christophe Godet, souligne:

"Nos réunions d'hiver avec les éleveurs se font toujours en présence de représentants d'Elivia afin d'expliquer le marché. Quand nous développons des contrats, c'est toujours lié aux besoins exprimés par Elivia."

Le président d'Elivia, Philippe Martineau, complète:

"En 2014, la consommation française de viande de boeuf n'a baissé que de 0,5%: c'est mieux qu'en 2013. L'augmentation de la consommation de steak haché frais est une tendance lourde; cela représente désormais 40% de la consommation de viande de boeuf en France. En revanche, la consommation de morceaux nobles diminue."

Tous les clignotants au vert

Autre perspective significative pour Ter'élevage en 2015: 100 millions d'euros vont être investis en trois ans dans la modernisation des usines d'Elivia. Une somme particulièrement ambitieuse visant notamment à préparer l'avenir de l'entreprise sur les marchés d'exportation. Car depuis un mois, le numéro 2 de la viande irlandaise et britannique, Dawn meats, a pris une participation de 49% dans Elivia; une participation qui pourrait être portée à 70% d'ici 2019.

Cette entreprise a des marques fortes et une relation étroite avec l'ensemble des distributeurs européens, selon Philippe Martineau. Et Hubert Garaud, président de Terrena, renchérit:

"Notre force est notre amont car en tant que coopérative, nous sommes plus étroitement liés aux producteurs que nos concurrents. Mais notre faiblesse est notre présence actuelle sur les marchés d'export. Dawn meats peut nous ouvrir des marchés à l'export, mais pas sur du low-cost. Car nous avons la conviction qu'il existe dans les pays émergents une catégorie de population susceptible de dépenser un peu d'argent pour de la viande. Dawn meats est une entreprise tournée vers le produit; ils ont besoin d'un accès aux races allaitantes. Nous avons tous les clignotants au vert pour réussir."

À lire aussi :
Elivia développe les contrats avec Ter'élevage
La Cam et Terrena annoncent leurs rapporchement
Ter'élevage inaugure un nouveau centre de tri

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site