La référence technique au service des éleveurs

Betterave fourragère bio

La plantation de minimottes, alternative au semis

Minimotte de betterave au stade 3-4 feuilles, prête à planter. Photo : DR

Plante énergétique très productive, intéressante dans la ration alimentaire des bovins laitiers, la betterave fourragère bio est l'une des cultures les plus difficiles à conduire. En particulier, les opérations de désherbage mécanique post-levée après un semis classique se révèlent très délicates, potentiellement destructrices pour la culture. Le calendrier de semis est également assez serré. Il faut attendre les conditions de ressuyage et de température du sol idéales, sans être trop tardif et risquer les conditions limitantes d’une fin de printemps trop sec.
 
« L'une des solutions pour pallier ces difficultés est de s'affranchir de l'étape du semis, en optant pour des plants de betterave en minimottes », indique Clara Baudoin, responsable filières biologiques chez Triskalia.
  
Le désherbage facilité
 « La plantation de ces jeunes plants déjà développés au stade 3 à 4 feuilles simplifie l’itinéraire de culture. De par la forme et la profondeur de la motte, le plant reprend très vite et couvre rapidement le sol, permettant de s’affranchir du désherbage à la levée », indique la responsable. Grâce à son ancrage rapide dans le sol, les interventions de binage et de hersage sont réalisables dès huit jours après la plantation.
La betterave en minimottes offre par ailleurs un large calendrier de plantation et une souplesse d’emploi. « Les plants, qui ont six à sept semaines, permettent d’étendre les plantations du 15 avril au 15 juin. Une plantation précoce permet de bénéficier plus rapidement du produit, tandis qu'une plantation tardive permet de profiter plus longuement du précédent ou de parfaire la technique du faux semis. Il est possible aussi d’échelonner les cultures en plusieurs plantations », ajoute David Péron, commercial chez Thomas Plants. Cette entreprise, leader français du jeune plant maraîcher pour les professionnels, basée à Ploubazlanec (Côtes-d’Armor), développe depuis 2016 une production de plants de betterave fourragère en minimottes.


Les premiers essais ont permis d’obtenir des rendements bruts supérieurs à 100 tonnes par hectare. Photo : D. Bodiou/Pixel6TM

Les densités de plantations les plus courantes sont de l’ordre de 40 000 plants par hectare et peuvent monter jusqu’à 70 000 plants par hectare. Pour ce faire, l’utilisation d’une planteuse 2 ou 4 rangs est nécessaire, avec un écartement de 50 à 75 cm entre les rangs et 30 cm sur le rang.
Les premiers essais ont permis d’obtenir des rendements bruts supérieurs à 100 tonnes par hectare. Des rendements plus élevés sont envisageables grâce à des améliorations à venir du protocole de plantation, notamment la préparation du sol et l’adaptation de la densité des plants.

Lire aussi :
-Valorisation de la betterave au pâturage
-Le site de la betterave fourragère
 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.