La référence technique au service des éleveurs

Conjoncture

La production de lait se redresse

Selon le Cniel, la tendance haussière de la production de lait devrait se poursuivre dans l’Union européenne au cours des prochains mois. Photo : C. HELSLY/CNIEL

La collecte française de lait augmente de nouveau depuis la fin du mois d’août, indique le Centre national interprofessionnel de l'économie laitière (Cniel) dans une note publiée le 29 novembre. Elle dépasse désormais assez largement le niveau de l’année 2016, et rejoint celui de l’année 2015.  

La France suit ainsi la tendance observée dans l’Union européenne et en Nouvelle-Zélande où la collecte affiche une croissance modérée depuis quelques mois. En rythme annuel, la production dans ces deux zones reste toutefois en dessous du niveau atteint début 2016. Selon le Cniel, cette tendance haussière de la production devrait se poursuivre dans l’Union européenne au cours des prochains mois, les récoltes de fourrages ayant été dans l’ensemble plutôt satisfaisantes par rapport aux années précédentes.

Les prix du lait devrait poursuivre sa dynamique haussière

Selon l’enquête mensuelle de FranceAgriMer, le prix du lait standard 38/32 g/l, toutes primes et toutes qualités confondues (c’est-à-dire qui intègre le lait conventionnel, le lait biologique et le lait destiné à la fabrication d’AOP) s’est établi en moyenne de 353 € /1000 litres au mois de septembre 2017. Il a ainsi augmenté de 56 €/1 000 litres par rapport à celui observé un an auparavant et de 6 €/1 000 litres par rapport au mois d'août 2017. « Ce prix a progressé au cours des derniers mois, et devrait rester dans une dynamique assez équivalente jusqu’à la fin de l’année 2017 », souligne le Cniel.

La conjoncture présente un profil mitigé. Le prix du beurre, orienté à la baisse depuis quelques semaine reste toutefois à des niveaux historiquement très élevés, à plus de 5000 € la tonne. Le prix de la poudre de lait écrémé se situe, en revanche, en dessous du seuil d’intervention, à moins de 1500 € la tonne. 

La demande mondiale en produits laitiers se montre plutôt dynamique. Les exportations européennes de poudre de lait écrémé et de fromages ont progressé de façon assez nette sur les 9 premiers mois de l’année 2017 comparativement à l’année précédente.

 

Le Cniel conclut :

Les perspectives sur l’année 2018 sont incertaines. La demande internationale s’avère plutôt dynamique, mais dans le même temps, les importants stocks d’intervention européens plombent les cours de la poudre de lait écrémé, et par ricochet ceux du lactosérum. À l’image de ce que nous avons connu tout au long de l’année 2017, un décalage important devrait perdurer entre les prix du beurre et ceux de la poudre de lait écrémé, sans que l’on sache pour l’instant où se situera la combinaison de ces deux extrêmes en termes de prix du lait à la ferme. 

À lire aussi :

Le bio en hausse, le beurre à l’export décolle

Flambée du prix du beurre : une situation durable

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.