La référence technique au service des éleveurs

Rapport Rabobank

Un rééquilibrage du marché mondial du lait en vue?

Les prix du lait sont faibles en Nouvelle-Zélande et devraient entrer dans une phase de redressement dans de nombreuses régions ces prochains mois. Photo : Thomas Launois-Fotolia

La production mondiale de lait a continué de croître plus rapidement que la demande ces derniers mois, indique un rapport de la banque néerlandaise RabobankL'Union européenne, avec la suppression des quotas laitiers, a été le principal moteur de la croissance de l'offre au cours de la période. Mais la plupart des régions ont continué à accroître leur production. D'après la Rabobank :

En dehors de la Nouvelle-Zélande, les prix du lait ne sont tout simplement pas encore assez bas pour mettre un frein à la croissance de la production.

Vers un redressement des cours

Alors que le monde est inondé de lait, le rééquilibrage des fondamentaux est maintenant à portée de main, prévoit la banque. L’analyste Tim Hunt explique :

Les prix du lait sont faibles en Nouvelle-Zélande et devraient entrer dans une phase de redressement dans de nombreuses régions ces prochains mois. Une croissance modeste de la consommation dans les régions d'exportation permettra de réduire les excédents exportables de lait de 7 % au début de 2016. Dans le même temps, la baisse des prix de détail devrait favoriser la demande des consommateurs dans les régions déficitaires et les importations chinoises vont se stabiliser au début de l’année.

Les stocks mondiaux excédentaires devraient ainsi progressivement s’éroder pour se normaliser vers le milieu de l'année 2016.

Climat et économie influent sur le marché

Selon la banque, plusieurs facteurs pourraient toutefois influer sur le marché mondial du lait, à la hausse ou à la baisse.

Le phénomène climatique El Niño pourrait conduire à des conditions météorologiques défavorables dans les régions clés de production laitière et donc à une diminution de l’offre par rapport aux prévisions. D'autant plus que les prix du lait dans certaines régions sont trop bas pour justifier une hausse de l’alimentation complémentaire afin de compenser le déficit fourrager. Le marché serait alors orienté à la hausse.

À l’inverse, d’autres facteurs pourraient entraîner le marché laitier à la baisse, comme la poursuite de la volatilité des marchés financiers et l'escalade des tensions géopolitiques dans le monde. Par ailleurs, la suppression des quotas de l'Union européenne combinée à la forte dépréciation de l'euro au cours des neuf derniers mois, pourrait conduire à un accroissement de l'excédent dans l'UE plus important que prévu.
 
Lire aussi :
Le secteur du lait dopé par la demande mondiale
L’Asie restera le moteur du marché mondial du lait
Les pays européens optimistes pour l’après-quota

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.