La référence technique au service des éleveurs

Agreste

La baisse du cheptel bovin français se poursuit

Avec un peu moins de 3,5 millions de têtes en 2019, le nombre de vaches laitières s’inscrit en baisse de 1,2 % par rapport à 2018. Photo : D.Bodiou/Pixel6TM

Après une progression entre 2014 et 2016, le cheptel bovin français recule pour la troisième année consécutive, selon la dernière note Agreste conjoncture « Animaux de boucherie » du ministère de l’Agriculture.
 
Au 1er mai 2019, les effectifs s'élèvent à près de 18,5 millions de têtes, soit 267 000 bovins de moins qu'en 2018 et presque un million de bovins de moins qu'en 2017 à la même date.
 
Les effectifs continuent de reculer dans quasiment toutes les catégories de bovins. C’est le cas de ceux âgés d'un à deux ans, dont les effectifs chutent de 7,6 % pour les mâles et de 4,8 % pour les génisses. Le recul s’accentue par rapport à l'an dernier, la tranche d’âge étant celle concernée par les problèmes de fertilité de 2017.
Les effectifs de bovins de plus de deux ans sont également en baisse, avec des évolutions contrastées selon les âges. Chez les plus jeunes, les effectifs de mâles chutent de 2,9 % et ceux de génisses de 3 %.
Le nombre de vaches laitières (3,47 millions de têtes en 2019) continue de se replier (- 1,2 % sur un an), tout comme celui de vaches allaitantes  (-1,6%) mais selon un rythme ralenti par rapport aux années précédentes.
 

Les effectifs de bovins de moins d’un an repartent à la hausse

À l’inverse, après la chute des effectifs en 2018, conséquence des problèmes de fertilité constatés dans les élevages à l’automne 2017, le nombre de bovins de moins d'un an augmente sur un an (+ 102 000 têtes). Cette hausse concerne en premier lieu les bovins de moins de quatre mois (+ 69 000 têtes), mais aussi ceux de quatre à huit mois (+ 19 000 têtes) et les jeunes âgés de huit à douze mois (+ 15 000 têtes).
 

Une baisse quasi généralisée dans l’Union européenne

Dans le reste de l’Union européenne, cette même tendance à la baisse est observée dans une majorité de pays d’élevage de bovins au premier semestre 2019. Selon les données d’Eurostat, les effectifs de bovins ont reculé en Allemagne (- 2,7 %), au Royaume-Uni (- 1,4 %), en Irlande (- 1,9 %), en Italie (- 2,5%) et aux Pays-Bas (- 3,1%). À l’inverse, le cheptel bovin de Pologne, sixième pays européen en matière d'effectif, continue à augmenter, de 2,5 % sur un an. En Espagne, l’effectif reste stable. La Pologne devance l'Italie pour la troisième année consécutive.
 
Lire aussi :
Le nombre de vêlages en baisse en 2017

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site